A Analyse

Rediffusion

Les droits importuns de la citoyenne Mila

Anthropologue

Le 18 janvier dernier, la jeune Mila, lycéenne de 16 ans, s’est vue inondée d’insultes sexistes et lesbophobes et de menaces en tous genres, notamment de mort, pour avoir critiqué l’islam sur Instagram. Sans grande surprise, le fait divers a déchaîné les habituelles passions autour de la religion musulmane, polarisant le débat entre laïcité et racisme. Il semble alors nécessaire de rappeler que si le principe de laïcité garantit l’égalité des confessions, il donne également le droit – inaliénable – de les critiquer toutes autant qu’elles sont. Rediffusion du 12 février 2020

Le 18 janvier 2020, dans une petite ville de la province française, une lycéenne de 16 ans est menacée de mort sur Instagram pour avoir fait usage de son droit constitutionnel à la liberté d’expression. L’un de ses interlocuteurs n’a pas supporté qu’elle exprime un rejet catégorique des religions en général et de l’islam en particulier ; ses amis dûment alertés, il a formé une coalition, bientôt répandue dans plusieurs réseaux sociaux. Elle est si nombreuse et agressive que la jeune Mila doit se mettre sous la protection de la police, et qu’elle est contrainte d’entrer dans la clandestinité : en quelques heures, son droit d’aller et de venir, son droit à l’éducation, son droit à l’intégrité corporelle, et son droit à la vie sont ainsi anéantis.

Les médias tardent à rendre compte de ce fait divers d’un genre nouveau, certains d’entre eux refusant même d’en parler après que « l’affaire Mila » se soit installée à la Une. Le gouvernement, la justice, les personnalités politiques et les intellectuels publics, quand ils ne se réfugient pas dans le silence, se demandent pendant quelques jours lequel de...

Jeanne Favret-Saada

Anthropologue, Directrice d'études à l'EPHE