Rediffusion

À quelle époque vivons-nous ?

Historien

Nommer son temps suppose en une assez vive intelligence de l’instant de prendre la mesure des événements que l’on vit, en évaluer la portée, comprendre dans quelle séquence ils s’inscrivent. Or notre temps est étouffé par les préfixes neo- et post-, propulsé dans le temps de l’après, une brèche sans nom et sans visage. Nous savons d’où nous partons mais sommes incapables d’indiquer la direction dans laquelle nous nous projetons. Dès lors, comment donner sens à un temps que l’on n’a pas encore nommé ? Rediffusion du 18 avril 2020.

La parution en janvier de l’ouvrage collectif Les Noms d’époque. De « Restauration » à « Années de plomb » dans lequel 14 historiens et historiennes s’attachent à élucider 14 noms du temps contemporain, invite à s’interroger en contrepoint sur nos difficultés, voire notre incapacité, à donner un nom à notre propre temps. La chose n’est en soi pas très étonnante. « Ce n’est qu’en quittant une chose que nous la nommons », déclarait Gide dans une conversation avec Walter Benjamin[1].

publicité

L’ouvrage montre pourtant que certains chrononymes surgissent in medias res, dans l’effervescence des moments qu’ils entendent désigner. Ce fut le cas de « Restauration », enjeu de luttes et de pouvoir dans les années qui suivirent l’abdication de Napoléon, du Risorgimento italien, de l’âge victorien, de la fin de siècle ou encore des Années de plomb qui marquent la décennie 1970 en Italie.

Mais encore faut-il que l’expression soit utilisée et « prenne » dans le discours public. Mark Twain et Charles Dudley Warner eurent beau proposé la notion de Gilded Age  pour qualifier les États-Unis de la fin du XIXème siècle – The Gilded Age : A Story of Today, 1873 –, ce n’est vraiment que cinquante ans plus tard que l’expression fit souche sous la plume d’historiens et d’intellectuels « progressistes ». C’est sans doute pourquoi le plus grand nombre des noms d’époque sont « exogènes » : forgés et diffusés après la séquence qu’ils désignent, porteurs de ce fait de lectures rétrospectives, parfois nostalgiques, parfois accusatrices, mais toujours anachroniques.

Ainsi des « Belle Époque », « Roaring Twenties », « entre-deux-guerres » ou « Trente Glorieuses ». Nommer son propre temps suppose en effet une assez vive intelligence de l’instant. Prendre la mesure des événements que l’on vit, en évaluer la portée, comprendre dans quelle séquence ils s’inscrivent, comme ils font et feront sens, voilà qui peut décourager l’observateur le plus avisé. La plupart préfèrent donc s’en remettre à dema


[1]. Walter Benjamin, « Conversation avec André Gide » [Die Literarische Welt, 17 février 1928], Sur Proust, Caen, Nous, 2010, p. 100.

[2]. Gary Potter and Jose Lopez (eds), After Modernism. An Introduction to Critical Realism, London, The Athlone Press, 2001

Dominique Kalifa

Historien

Notes

[1]. Walter Benjamin, « Conversation avec André Gide » [Die Literarische Welt, 17 février 1928], Sur Proust, Caen, Nous, 2010, p. 100.

[2]. Gary Potter and Jose Lopez (eds), After Modernism. An Introduction to Critical Realism, London, The Athlone Press, 2001