Alban Bensa

Anthropologue, Directeur d'études à l'EHESS

Alban Bensa, directeur d’Etudes à l’EHESS, a commencé ses recherches ethnologiques en France rurale avant de se consacrer à l’étude de sociétés  kanak. Ses enquêtes dans le Perche (1969-1973) sur le culte des saints l’ont d’emblée induit à traiter les faits anthropologiques comme des données historiques et réciproquement, et à prêter attention aux emprises politiques et symboliques sur la terre. Ses investigations en Nouvelle-Calédonie, qui débutent en 1973,  dans le sillage des linguistes André-Georges Haudricourt et Jean-Claude Rivierre, l’ont conduit à approfondir ces problématiques et à traiter des réalités anthropologiques à partir de deux langues vernaculaires dans une perspective qui englobe l’histoire coloniale sans jamais s’y réduire. Il s’est ainsi donné les moyens d’élucider au plus près de l’expression et des pratiques de leurs  acteurs les organisations sociales et politiques des terroirs de l’aire de langues paicî et cèmuhî  au  centre de la Grande Terre. Non sans suivre attentivement le travail politique plus global des Kanak à leur propre émancipation dans la perspective d’une indépendance. Ses enseignements à l’Université Paris-V-Sorbonne (1971-1990) et à l’EHESS (1991-2019) ont amplifié ses analyses théoriques sur les liens de l’anthropologie à l’histoire, à l’ethnolinguistique et à la sociologie politique. Sa réflexion sur la pratique de l’ethnographie et de l’interdisciplinarité a nourri sa critique de l’anthropologie culturaliste.

Alban Bensa a notamment publié : La fin de l’exotisme, Anacharsis,  2006 (réédition Poche 2016) ;  avec D. Fassin (éds), Les politiques de l’enquête, La Découverte, 2008 ;  Après Lévi-Strauss (entretien avec Bertrand Richard), Textuel, 2010 ; avec K. Y. Goromoedo et A. Muckle, Les sanglots de l’aigle pêcheur. Nouvelle Calédonie: la guerre kanak de 1917, Anacharsis, 2015 ; « L’anthropologie coûte que coûte. Réflexivités ethnographiques » et « L’ethnographe inclus. Conversions d’intelligibilités en Nouvelle-Calédonie kanake »,  in M. Blondet et M.Lantin-Mallet, Anthropologies réflexives. Modes de connaissance et formes d’expérience,  Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2017.

Ses publications sur AOC

mardi 11 .06

Analyse

Changement de donne politique en Nouvelle-Calédonie

par Alban Bensa

Alors que le scrutin référendaire du 4 novembre 2018 avait été largement gagné par les loyalistes, ces majoritaires sur l’ensemble du pays se retrouvent après les récentes élections provinciales minoritaires au sein du Congrès de la Nouvelle-Calédonie. La même mésaventure pourrait bien se prolonger à leur encontre si le Congrès, dans un vote prévu le 13 juin, porte à la présidence du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie à nouveau un indépendantiste.