David Bihanic et Catherine Geel

Designer et Historienne du design , maître de conférences et chercheure

David Bihanic est designer et maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (chercheur rattaché à l’Institut ACTE — EA 7539) ; il est également chercheur associé à l’EnsADlab (laboratoire de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs). Dans ses travaux, David Bihanic examine tant les avancées que les contraintes et déterminations esthétiques, épistémologiques, praxéologiques du Design dans sa collaboration avec les Sciences de l’Ingénieur. Il est l’auteur et directeur de plusieurs ouvrages, de chapitres d’ouvrages et articles scientifiques (croisant les versants pratiques et théoriques). Cf. Design en regards (ABM-EnSAD-Cité du design, 2019) ; Data Design. Les données comme matériau de création (Gallimard/Alternatives, 2018) ; New Challenges for Data Design (Springer, Angleterre : Londres, 2015) ; Empowering Users through Design […] (Springer, Suisse : Cham, 2015)

Catherine Geel est historienne du design, chercheure. Elle enseigne à l’Ensad Nancy, l’Ens Paris-Saclay et Sciences po Paris. Elle a été commissaire du pavillon français de la Triennale de design de Milan en 2019. En 2019, elle a édité L’Étrange oubli d’une exposition, Jean Prouvé, industriel du bâtiment 1964 (Laure Garreau, T&P Publishing), Post-histoire (Vilem Flusser, préface et post-face, A. Masure et Y.Citton, T&P Publishing), Extended French Theory and the Design Field On Nature and Ecology (dir. avec C. Gaillard, T&P Work UNit) et est l’auteur de Les grands textes du design commentés (Regards/IFM, 2019) ou de Écrits d’Alessandro Mendini. Architecture, projets et design, 1972-2012 (Les presses du réel, 2015).

Ses publications sur AOC

mardi 12 .11

Opinion

Bauhaus revival – 100 ans et après

par

2019 marque le centenaire du staatliches bauhaus fondé à Weimar par l’architecte Walter Gropius. De la programmation d’expositions rétrospectives (bauhaus imaginista et original bauhaus – die jubiläumsausstellung à Berlin) à l’inauguration de musées dédiés (à Weimar, également à Dessau), en passant par l’organisation de colloques, de circuits et manifestations culturels intenses et d’intérêts variés, nombre d’évènements auront ponctué cette année de « célébration » unanime. Que dire d’autre, qu’écrire de plus aujourd’hui, au sujet de cette école, catalyseur des mouvements artistiques modernes ? Que montrer, qu’exposer de différent ?