Gisèle Sapiro

Sociologue, Directrice de recherche au CNRS et directrice d'études à l'EHESS

Gisèle Sapiro est Directrice de recherche au CNRS et directrice d’études à l’EHESS. Elle est l’auteure d’une thèse dirigée par Pierre Bourdieu sur la question d’un nouveau régime en sociologie. Ses recherches portent sur la sociologie des champs culturels et particulièrement du champ littéraire. On lui doit également le livre « Les Écrivains et la politique en France, de l’affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie », publié en septembre 2018 aux éditions du Seuil.

Ses publications sur AOC

vendredi 20 .09

Analyse

Une sphère publique alternative : les festivals internationaux de littérature

par Gisèle Sapiro

Véritables instances de légitimation et de professionnalisation pour les auteurs, l’attraction des festivals de littérature à considérablement crû en ce début de XXIe siècle. Si la logique économique prévaut dans les salons et foires, les festivals de littérature privilégient quant à eux une fonction culturelle, à travers la programmation, le temps accordé à la discussion et à la lecture en public, dans une atmosphère de plus en plus politisée.

lundi 22 .10

Analyse

Du prophète à l’expert : les écrivains et la politique

par Gisèle Sapiro

La nomination récente – et controversée – de l’écrivain Philippe Besson au poste de Consul général de France à Los Angeles offre l’occasion d’interroger les liens entre carrières littéraire et politique, en les éclairant à la lumière d’une sociologie historique qui remonte au début du XIXe siècle et se préoccupe tout autant de la situation contemporaine.

mardi 10 .07

Critique

Ne pas minorer l’antisémitisme de Charles Maurras

par Gisèle Sapiro

L’anthologie des textes de Charles Maurras parue chez Robert Laffont ne saurait faire l’économie d’une mise au point : il ne faudrait, en effet, pas omettre que l’idéologue du « nationalisme intégral » fut aussi un antisémite forcené. Maurras considérait l’antisémitisme comme une conséquence rationnelle et logique du nationalisme, relevant de la défense de la France contre un des « quatre états confédérés. »