Alexis Nouss

Critique, Professeur en littérature générale et comparée

Alexis Nuselovici (Nouss) est professeur en littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille. Il a été professeur à l’université de Cardiff et à l’université de Montréal. Il a également été professeur invité au Brésil, en Turquie, en Espagne et en France.

Membre de plusieurs équipes de recherche internationales, il dirige le groupe « Transpositions » au sein du Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille (CIELAM). Il est titulaire de la chaire « Exil et migrations » au Collège d’études mondiales (Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Paris).

Ses champs de recherche et de réflexion concernent la traductologie, l’expérience exilique, la culture européenne, la littérature du témoignage, les problématiques du métissage, les esthétiques de la modernité.

Parmi ses ouvrages : Plaidoyer pour un monde métis (Textuel, 2005) ; Paul Celan. Les lieux d’un déplacement (Le Bord de l’eau, 2010) ; Pour une politique hors-sol avec Augustin Giovannoni (Kimé, 2017) ; La condition de l’exilé. Penser les migrations contemporaines (Maison des Sciences de l’Homme, 2018 [2015]).

Ses publications sur AOC

mercredi 14 .08

Critique

Cohen Leonard, poète et romancier, même pas vieux

par

Romancier puis musicien devenu célèbre, Leonard Cohen est avant tout un poète au travail dont l’œuvre aura été traversée par les questions de l’amour, des passions, de la sexualité, de la mélancolie, de la religion ou encore de l’exil. The Flame , ouvrage posthume qu’il compose peu avant de mourir, poursuit ces thèmes avec humour et auto-dérision comme pour laisser un dernier acte empli de vie. Rediffusion du 2 mai 2019.

mardi 16 .07

Critique

Ne saurait mentir (littérature et migration) – sur trois romans de Melandri, Kumar et Schwartz

par

À l’heure où les productions médiatiques rejoignent les instances politiques dans une inefficacité notoire à réveiller les consciences quant au drame migratoire, les romans de Francesca Melandri, Amitava Kumar et Violaine Schwartz offrent une vision contemporaine, littéraire, de l’exil. Ils rappellent ainsi que les migrants avaient une vie avant la migration, qu’ils ont un passé et, qu’à ce titre, ils méritent d’être accueillis non comme de simples victimes mais comme des sujets humains souverains.

lundi 03 .06

Critique

Du temps où on savait lire – sur Soixante ans de journalisme littéraire de Maurice Nadeau

par

Réunissant en 1500 pages plus de 500 articles de Maurice Nadeau, « les années Combat, premier tome de Soixante ans de journalisme littéraire , s’offre comme une tranche d’histoire littéraire mais aussi comme un document exceptionnel sur la réception des œuvres avant qu’elles ne deviennent des classiques. Le fondateur de feu La Quinzaine Littéraire y déploie un art de la lecture qui est aussi un modèle de critique littéraire.

jeudi 02 .05

Critique

Cohen Leonard, poète et romancier, même pas vieux

par

Romancier puis musicien devenu célèbre, Leonard Cohen est avant tout un poète au travail dont l’œuvre aura été traversée par les questions de l’amour, des passions, de la sexualité, de la mélancolie, de la religion ou encore de l’exil. The Flame , ouvrage posthume qu’il compose peu avant de mourir, poursuit ces thèmes avec humour et auto-dérision comme pour laisser un dernier acte empli de vie.

vendredi 23 .11

Critique

Kafka dans La Pléiade : les œuvres d’un disparu

par

Les Œuvres complètes de Kafka paraissent en Pléiade dans une nouvelle traduction de Jean-Pierre Lefebvre. Celui-ci, faisant de l’humain la mesure de toute chose, fait ressurgir la puissance et l’originalité de l’auteur, lui qui avait disparu sous nombre d’interprétations dogmatiques.