Serge Paugam

Sociologue, Directeur d'études à l'EHESS et directeur de recherche au CNRS

Serge Paugam est directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) et directeur de recherche au CNRS, responsable de l’Équipe de Recherches sur les Inégalités Sociales (ERIS) du Centre Maurice Halbwachs (CMH). Auteur de plusieurs ouvrages sur la pauvreté, la précarité et la solidarité, il est aussi directeur de la collection « Le lien social » et de la revue « Sociologie » aux Presses Universitaires de France.

Ses recherches portent sur la sociologie des inégalités et des ruptures sociales et s’inscrivent dans une démarche comparative, à la fois quantitative et qualitative, des formes élémentaires de la pauvreté dans les sociétés modernes, notamment en Europe. Elles concernent concerne à la fois l’analyse de la dynamique des inégalités et l’étude des fondements des liens sociaux à partir desquels il est possible de définir et de conceptualiser différents types de ruptures sociales. Son programme de recherche porte aussi sur l’analyse comparative des formes contemporaines de solidarité.

Serge Paugam a écrit de nombreux ouvrages de référence comme La disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté (1991), Les formes élémentaires de la pauvreté (2013), ou encore Ce que les riches pensent des pauvres (2017)

Ses publications sur AOC

vendredi 07 .12

Analyse

Face au mépris social, la revanche des invisibles

par Serge Paugam

Publié il y a 25 ans, un ouvrage semble avoir été tout particulièrement annonciateur du malaise social qui s’exprime à la faveur du mouvement des gilets jaunes : La Misère du monde. Et, au-delà de ce livre collectif dirigé par Pierre Bourdieu, les travaux ultérieurs ne manquent pas, ni les concepts – « misère de position », «exclusion de l’intérieur », «intégration fragilisée »… – qui permettent de comprendre l’invisibilisation des personnes qui manifestent aujourd’hui.

mardi 18 .09

Opinion

Macron et les pauvres : une version néo-libérale du solidarisme

par Serge Paugam

Le discours récent d’Emmanuel Macron pour présenter le Plan pauvreté n’est pas, comme certains ont voulu le croire, une façade ou une illusion. Il prend toute sa place dans la stratégie du président : asseoir la solidarité sur un socle de droits en s’inspirant de la doctrine du solidarisme, mais en adaptant cette dernière à l’idéologie néo-libérale à laquelle il n’a jamais cessé d’adhérer.