Hélène Sirven

Maîtresse de conférence en Esthétique - Maîtresse de conférences en esthétique, Vice-Présidente Recherche à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Hélène Sirven est maîtresse de conférences en esthétique et vice-présidente recherche à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle dirige en collaboration avec Dominique Berthet le programme « Créations insulaires » de l’Institut ACTE (Université Paris 1). Elle travaille actuellement sur les archives Hachette à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC).

Elle a soutenu en 1994 une thèse en esthétique sur la revue Le Tour du monde, publiée entre 1860 et 1914, et sur les figures de l’exotisme dans les textes et images du monde océanien Pacifique. Ses recherches portent ensuite sur plusieurs axes. Elle mène une réflexion sur l’anthropologie des textes et des images exotiques, l’anthropologie des arts contemporains, les cultures de la modernité, l’histoire des voyages, des images et des objets au dix-neuvième siècle ; mais aussi sur l’esthétique des arts « lointains », sur les liens entre esthétique et littérature, notamment chez Aldous Huxley ; et enfin sur la théorie de l’art moderne et de l’art contemporain.

Elle a publié de nombreux articles, participé à plusieurs ouvrages et à des colloques de recherches autour de ces thématiques. Elle écrit régulièrement dans la revue Recherches en Esthétique dirigée par Dominique Berthet, notamment les articles suivants : « Action lente. L’Œuf de Poincheval » (n°23, 2018), « Anecdoter le hasard, le geste topographique de Daniel Spoerri », (n°22, 2017), « Impressions de voyage : la réception de l’exposition dans le contexte insulaire cubain » (n°21, 2016), « D’îles en archipels, esthétiques insulaires », (n°20, 2015) ; ainsi que pour la Nouvelle Revue d’Esthétique : « Comparer les arts à l’aune d’une esthétique du divers ? Retour vers Victor Segalen et ses ouvertures actuelles », (n°16, 2015).
Hélène Sirven a également effectué des travaux de traduction. Récemment, elle a traduit des livres de Beatriz Colomina : Cernés par les images. L’architecture de l’après-Spoutnik (B2, 2013), de John O’Neill : Électriser le monde. Le Tesla World System (B2, 2013). Elle a travaillé à une nouvelle traduction commentée du texte de Aldous Huxley, De la vulgarité en littérature. Divagations sur un thème (Éditions L’Inventaire, 2009).

Ses publications sur AOC

mercredi 14 .02

Critique

Un Grand Tour exotique

par Hélène Sirven

Peindre l’ailleurs, le montrer ici et maintenant : au Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, une exposition rigoureuse, qui n’oublie ni les massacres ni les ignorances, a choisi de donner à la peinture une place particulière. Intéressante voie de traverse pour interroger les conditions de la rencontre réactualisée et critique avec d’autres modes de pensée et d’agir.