Stéphanie Hennette Vauchez

Juriste, Directrice du CREDOF (Centre de recherches et d’étude sur les droits fondamentaux)

Professeure de droit public à l’Université Paris Nanterre.

Directrice du CREDOF (Centre de recherches et d’étude sur les droits fondamentaux ; UMR 7074 Centre de théorie et analyse du droit).

Ses publications sur AOC

lundi 23.11.20

Opinion

Urgence pour les libertés

par

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées en France, samedi 21 novembre, contre la proposition de loi de sécurité globale. Des manifestations qui se sont déroulées à l’issue d’une semaine très dense sur le plan législatif, au cours de laquelle pas moins de cinq textes de lois ont été publiés, discutés ou adoptés. Leur point commun : tous apportent des restrictions notables à des libertés bien établies. Laïcité, recherche, santé, sécurité, terrorisme… autant d’enjeux distincts pris dans un puissant mouvement en marche depuis plusieurs années : la remise en cause massive et multi-directionnelle des libertés.

lundi 17.12.18

Opinion

Démocratiser les institutions et les politiques de l’Union Européenne

par , , , , , et

Économistes, juristes et politistes, sept chercheuses et chercheurs viennent de rédiger un projet de Traité de démocratisation des institutions et des politiques de l’Union Européenne. Ce texte désormais ouvert à la signature de toutes et tous préfigure une Assemblée européenne souveraine capable tout à la fois de débattre des priorités de cette puissance publique européenne et de demander des comptes aux institutions économiques et financières qui gouvernent aujourd’hui l’Union. Exposé des motifs et considérants.

jeudi 19.07.18

Analyse

Est-on vraiment sorti de l’état d’urgence ?

par

La France a vécu près de deux années sous état d’urgence. Proclamé dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015, ce régime, fondé sur la mise en œuvre de la loi du 3 avril 1955 et prorogé par le Parlement à six reprises, n’a expiré que le 1er novembre 2017. Cette dernière application mérite d’être analysée et décortiquée tant sa rigueur et sa vigueur ont été inédites, et les modalités de sa sortie soulèvent l’importante question d’une forme d’état d’urgence permanent.