C Critique

Rediffusion

Cohen Leonard, poète et romancier, même pas vieux

Critique

Romancier puis musicien devenu célèbre, Leonard Cohen est avant tout un poète au travail dont l’œuvre aura été traversée par les questions de l’amour, des passions, de la sexualité, de la mélancolie, de la religion ou encore de l’exil. The Flame , ouvrage posthume qu’il compose peu avant de mourir, poursuit ces thèmes avec humour et auto-dérision comme pour laisser un dernier acte empli de vie. Rediffusion du 2 mai 2019.

Fossilisation, momification, neutralisation. Spectacles de poésie ou de chansons en commémoration, passe encore mais lorsque la muséologie s’en mêle, cela sent le formol. Discutable pour un poète ayant brûlé sa vie, avec orgueil et modestie mêlés, à l’épreuve d’un réel parfois bienveillant, souvent cruel : « (…) pourquoi ne t’allonges-tu pas/devant la circulation féroce/de ta vie quotidienne/te faisant écraser par certains des détails ? » (p. 73 [1])

Après Montréal, la ville natale de Leonard Cohen à laquelle il n’abdiqua jamais sa fidélité, New York accueille l’exposition « A crack in everything » (expression tirée de la chanson Anthem) qui programme installations multimédia et concerts réunissant une trentaine d’artistes internationaux. Sans avoir visité l’exposition, un tel déploiement de richesses artistiques peut d’emblée donner une nausée esthétique tant l’art de Leonard Cohen se nourrissait de sa fragilité. Car si Leonard Cohen fut assurément un des plus grands artistes (romancier/poète/auteur/compositeur/ interprète) contemporains et qu’il aurait mérité le Nobel autant – sinon plus, disent certains – que son compag...

Alexis Nouss

Critique, Professeur en littérature générale et comparée