Rediffusion

Alice Savoie : « Chaque jour nous croisons des centaines de formes typographiques différentes »

Journaliste

Créatrice de caractère, Alice Savoie a conçu « Faune », une nouvelle famille typographique à la demande du Centre national des arts plastiques et de l’Imprimerie nationale. Elle éclaire pour AOC sa démarche, depuis les ouvrages d’histoire naturelle du XVIIIe siècle jusqu’à nos écrans d’ordinateurs, et évoque ses recherches en histoire de la typographie, notamment la révolution pré-numérique que fut la photocomposition. Rediffusion d’été.

Publicité

Si l’édition numérique offrait autant de souplesse que l’édition imprimée, il eût été possible de composer cet article avec ce qui en fait l’objet même : un nouveau caractère typographique nommé Faune et crée par Alice Savoie en réponse à une commande du Centre national des arts plastiques (CNAP). Juridiquement, c’était possible puisque ce caractère est d’usage libre, sous licence creative commons ; techniquement, c’est une tout autre affaire de modifier, pour un article seulement, le texte courant d’un article de notre quotidien numérique. Un jour viendra certainement et cela contribuera à rapprocher davantage encore l’objet journal numérique de son ancêtre papier – ce qui ne peut manquer de nous rassurer, nous qui tenons tant à cet objet éditorial multiséculaire qu’il s’agit de préserver de la dilution dans la forme incertaine nommée site web.

Alice Savoie est donc une créatrice de caractères mais aussi une historienne de la typographie. Elle enseigne le dessin de caractère à l’Atelier national de recherche typographique (Nancy) ainsi qu’au sein du post-diplôme Typographie et Langage à l’Ésad Amiens. SB

Ce ne doit pas être très fréquent la commande publique d’un nouveau caractère typographique…
C’est la deuxième fois seulement que le Centre national des arts plastiques passait une commande. La première, c’était il y a trois ans : Sandrine Nugue avait créé un caractère nommé Infini. L’idée était, par cette commande, de promouvoir la création typographique, avec une visée pédagogique, il s’agissait de rendre, auprès d’un large public, plus visible et plus compréhensible la profession de créateur de caractère. Pour cette deuxième commande, l’idée était aussi de faire découvrir et de mettre en valeur une partie du patrimoine de l’Imprimerie nationale. Le caractère créé devait puiser son inspiration dans les collections de l’atelier du livre d’art et de l’estampe.

Cette commande a-t-elle pris la forme d’un concours ?
Un appel à projet a été lancé à la fin d


Sylvain Bourmeau

Journaliste, directeur d'AOC