E Entretien

Rediffusion

David Graeber : « La plupart des gens trouvent leur travail complètement inutile »

Journaliste

Anthropologue et militant anarchiste, David Graeber fut la figure de proue du mouvement Occupy Wall Street. Inventeur du terme « bullshit jobs », ses recherches portent sur le travail, la valeur, la dette. A l’invitation du Collège de France, il a récemment présenté en France ses derniers travaux sur ceux qu’il considère comme les nouveaux prolétaires : les travailleurs du soin, ceux qui composent la « caring class ». Rediffusion d’été

On retrouve David Graeber dans les salons de la Fondation Hugo, qui accueille les professeurs étrangers invités au Collège de France. Il vient d’arriver de Londres, où il enseigne à la London School of Economics depuis que Yale s’est séparé de lui, et qu’il n’a pu trouver d’autre poste dans une université américaine. La première chose qui l’intéresse, c’est la grève prévue le lendemain. La discussion s’engage sur les évolutions qui touchent le travail et donc les mobilisations sociales. RB

Votre conférence au Collège de France, le 22 mars, était intitulée Utilité et inutilité du travail sous titrée The Revolt of the caring classes. Pourquoi cette approche utilitariste du travail ?
Je voulais juste l’appeler The Revolt of the caring class, mais on m’a dit que ça ne passait pas en français, apparemment c’est intraduisible. On y reviendra peut-être. En tout cas cette idée d’utilité, ou d’inutilité du travail, je la tire de mes travaux sur les Bullshit jobs. Ce que j’avais découvert alors, c’est que les gens ont un sens aigu de la valeur sociale. Ils peuvent dir...

Raphaël Bourgois

Journaliste, Rédacteur en Chef d'AOC