Hervé Mazurel :
– À fleur de peau ? Soudain l’inquiétante étrangeté du toucher
– À bout de souffle ? La société du masque

« Nul n’aurait imaginé, il y a un an seulement, nos vies si puissamment ébranlées par l’épidémie galopante. Sans que nous sachions encore s’il s’agit de mutations durables ou momentanées, sinon définitives, la crise sanitaire altère à la fois nos façons de sentir et de ressentir, nos perceptions intimes de l’espace et du temps, comme nos attitudes et gestes coutumiers. » Hervé Mazurel

Historien des sensibilités, Hervé Mazurel s’est autorisé à esquisser quelques analyses à partir de bribes de réalité collectées lors de flâneries dans l’atmosphère étrange d’une métropole frappée par la pandémie et donc bien peu reconnaissable, et où se laissent lire, du fait d’un tel dépaysement, certains signes révélateurs d’évolutions en cours. Au printemps 2020, il avait donné à AOC un premier texte sur la manière dont le toucher se trouvait affecté par l’épidémie, avant d’en donner un second en ce début 2021 dans lequel il s’interroger sur la manière dont une civilisation du masque avait pointé son nez.

Hervé Mazurel est historien, maître de conférence à l’Université de Bourgogne et l’auteur notamment de Kaspar l’obscur ou l’enfant de la nuit (La Découverte).

6,00

En stock

6€ TTC
ISBN 978-2-9567201-8-8
Collection « Imprimés d’AOC » – n° 6
36 pages agrafé