O Opinion

Rediffusion

La captive inconnue ou l’ancêtre retrouvée

Ecrivaine

S’il est possible de donner une sépulture au soldat inconnu qui représente tous les combattants français non identifiés, pourquoi ne s’attacherait-on pas à la figure d’une captive inconnue ? La captive inconnue est une aïeule parce que, du fond de la nécropole marine, elle dit comment plusieurs régions du monde entrèrent en relation et continue d’interpeller : Qu’avons-nous fait de sa mort ? Rediffusion du 7 janvier 2020

On l’a peu évoqué en raison du climat social agité de l’an passé, mais il est bon de rappeler que la Fondation pour la mémoire de l’esclavage a vu le jour en mai 2019, et que la mise en place au Jardin des Tuileries d’un mémorial en hommage aux victimes de l’esclavage colonial a été annoncée pour 2021. Il faut se réjouir de tous les actes susceptibles d’amener les Français à s’approprier ce pan de leur histoire. Il y a là un double défi : ne pas léguer la douleur aux générations futures et faire en sorte que les personnes ayant dû affronter l’esclavage fassent partie de la famille.

Dès que l’on évoque les déportations transocéaniques de Subsahariens et l’esclavage colonial, nombreux sont ceux qui brandissent le bouclier, parfois le glaive. La définition ethno-raciale qu’ils ont d’eux-mêmes tout en se prétendant aveugles à la couleur, interdit d’inclure dans la parentèle des personnes dont le labeur enrichit le pays et dont les descendants sont des citoyens français.

Ceux qui ne pensent qu’à se défendre lorsque c...

Léonora Miano

Ecrivaine