A Analyse

Politique

La Ve République à l’épreuve du lobbying

Politiste

La démission de Nicolas Hulot révèlerait une nouvelle fois la responsabilité des lobbys dans l’incapacité des gouvernements successifs à mener, malgré l’urgence, des politiques vraiment écologistes. Mais à y regarder de plus près, cet événement montre surtout les biais que la Ve République introduit dans la pratique du pouvoir. Car s’il est logique d’avoir des représentants d’intérêts dans un système représentatif pluraliste, constater la présence dans le bureau du président d’un représentant témoigne de la dérive d’un système présidentiel.

La démission surprise de Nicolas Hulot du gouvernement est apparemment liée à la présence d’un lobbyiste lors de l’arbitrage final qui s’est tenu à l’Elysée concernant, entre autres, le montant de la carte annuelle de chasse. Pour comprendre la place prise par des lobbys dans le système politique, il faut ouvrir un pan bien plus large que cette seule démission qui n’est ni le symbole d’un échec personnel du ministre sur ce dossier ni la marque de fabrique de ce gouvernement. Ses racines sont bien plus profondes et permettent de saisir, plus généralement, comment les politiques publiques sont élaborées.

Depuis les années 1990, le système politique français a intégré de nouveaux acteurs, des consultants en lobbying, qui sont venus s’ajouter aux représentants d’intérêts traditionnels, permanents d’organisations professionnelles, syndicales et associatives notamment. Le mot « lobbying » commençait alors une carrière originale : de rare et réservé à une élite largement parisienne il est devenu d’usage courant [1]. Face à ce nouveau métier, les écologistes français ont adopté une position originale concernant l’action des lobbys. En plus de leurs conceptions environnementales, ils apportent une contribution majeure à la réflexion sur les institutions du fait de leurs expériences politiques en France et à Bruxelles. La liste est maintenant longue des élu.e.s vert.e.s à avoir rendu publiques leurs conceptions de ce qu’est la bataille ...

Guillaume Courty

Politiste, Professeur de science politique à l'université de Lille