A Analyse

Politique

Les Gilets Jaunes et la Révolution française : quand le peuple reprend l’histoire

Historien

Guillotines et bonnets phrygiens garnissent désormais certains ronds-points de France. Il ne faut pourtant pas exagérer la proximité entre le mouvement des Gilets Jaunes et la Révolution française, certaines revendications rappelant tout autant 1830, 1848 ou 1968 que 1789. Plutôt qu’un clin d’oeil à un corpus de méthodes militantes et de revendications, la référence symbolique à 1789 doit être plutôt comprise comme la résurgence d’une conscience politique, le retour du citoyen et la reconquête par ce citoyen de son propre devenir historique.

« Sommes-nous en 1789 ? ». En cet automne 2018 et sous différentes formes, la question se réinvite dans le débat public à l’occasion du mouvement des Gilets Jaunes. Elle fait d’ailleurs partie des bons marronniers de la presse nationale et internationale, la France étant encore aujourd’hui regardée, selon les mots du journaliste chinois Hu Xijin, comme « le centre historique de la Révolution en Europe » (Libération, 8 décembre 2018). Les Français seraient-ils une nouvelle fois en train de céder à leurs vieux penchants révolutionnaires ? Pour l’historien américain Steven Kaplan, ils avaient pourtant dit « adieu » à leur révolution lors du Bicentenaire de 1989.

Dans le contexte d’effondrement des régimes communistes, l’Occident avait alors plus généralement abandonné la révolution comme mode possible du changement historique. Le libéralisme était désormais la « fin de l’histoire » (Francis Fukuyama, 1992), ses réformes successives étant présentées comme « nécessaires », c’est-à-dire inévitables, devant une « crise sans fin » (Myriam Revault d’Alonnes, 2012). Un nouveau type de déterminisme émergeait, résumé par le slogan « There is no Alternative ». Englués dans le « présentisme » (François Hartog, 2003), ...

Guillaume Mazeau

Historien, Maître de conférences à l'université Paris 1