A Analyse

Politique

Le Grand Débat National, dernier Acte ?

Sociologue

Le Grand débat national (GDN) s’installe cette semaine à l’Assemblée Nationale, les députés vont pouvoir discuter des quatre grands thèmes de la consultation, sans voter ce qui n’a rien d’anodin. Alors qu’il touche à sa fin, l’heure du bilan approche pour ce Grand Débat : soit il aura créé les conditions pour dégager les bases nouvelles d’une vie sociale et politique restructurée, soit il ne sera qu’un dispositif participatif de plus, dernier acte de la décomposition du vieux monde sans offrir de perspectives de recomposition.

Par bien des aspects inédit, le Grand débat national s’inscrit aussi dans un mouvement général qui, en France comme ailleurs, a vu les esprits, les normes et les pratiques publiques être gagnés par l’impératif participatif. Or, près de 30 ans d’institutionnalisation continue de la participation n’ont pas effacé les diagnostics de crise. La défiance n’a cessé de croître à l’égard des institutions et des acteurs en responsabilité, qui, devenus plus proches, restent perçus comme indifférents, défaillants, impuissants.

publicité

Les citoyens n’ont sans doute jamais eu autant d’opportunités de prendre part à la chose publique, aux processus de décision comme à la vie des institutions. Pourtant c’est la déploration du mépris et de l’absence d’écoute qui l’emporte. Aussi, à l’aune de ce que nous apprend l’histoire récente de la démocratie participative, en quoi le Grand Débat National, en dépit – ou en raison même – de la mobilisation qu’il a suscitée, peut-il éviter la déception ?

L’institutionnalisation de la part...

Sandrine Rui

Sociologue, Maître de conférences en sociologie, chercheure au Centre-Emile Durkheim, Université de Bordeaux