A Analyse

International

L’État rwandais et la mémoire du génocide des Tutsi

Historien

L’année même du génocide, en 1994, émerge au Rwanda une première politique de mémoire de l’événement qui coûta la vie à près d’un million de Tutsis. Depuis, politiques mémorielles, politiques d’unité et réconciliation, politiques de justice ont été déclinées. La commémoration du 25e anniversaire offre l’occasion d’en brosser un panorama et d’analyser leurs évolutions.

« Remember, Unite, Renew », tel est le thème de la commémoration du génocide des Tutsi au Rwanda en 2019, comme en 2014. Il renseigne sur la volonté politique de faire du génocide un élément du passé, nécessitant une unité des Rwandais et qui conduit vers un nouveau Rwanda. Généralement plus offensifs, les thèmes ont porté le plus souvent de 1995 à 2014 sur les questions de justice, d’aide aux rescapés mais aussi de lutte contre l’idéologie du génocide et le négationnisme.

Publicité

Au cours des vingt-cinq dernières années, de multiples politiques ont ainsi été mises en place par l’État rwandais concernant la gestion du passé et en particulier le génocide des Tutsi : politiques mémorielles, politiques d’unité et réconciliation, politiques de justice. Il ne s’agit pas ici de proposer un regard sur leur « efficacité » ou leur réception par la société civile mais de brosser un rapide panorama des politiques de mémoire, de leur évolutio...

Rémi Korman

Historien