A Analyse

Europe

Les mémoires partagées de l’Europe

Professeurs et chercheurs

À l’approche des élections, l’Union européenne traverse une crise de sens, incapable de faire émerger un « nous » européen, souvent poreux et contradictoire, difficile à délimiter, et qui échappe irrémédiablement aux tentatives de grands récits unificateurs. L’histoire, parce qu’elle se raconte au pluriel et montre que les frontières ne définissent pas un peuple, pourrait bien dans ces conditions se révéler essentielle pour faire Europe.

Être ou ne pas être européen… Alors que le Brexit – convulsions encore en cours – semble démontrer jour après jour « l’impossibilité d’une île », la perte de sens de l’Union est partout sensible. Même sans trémolos shakespeariens, la question, qui porte d’ailleurs moins sur l’Europe que sur la question des appartenances, ne devrait pas surprendre : « “l’Europe“ est et a toujours été une invention inachevée et contestée » selon l’historien indien Sanjay Subrahmanyam.

Publicité

À l’approche d’élections européennes que d’aucuns disent fatidiques, le contexte invite à s’interroger sur ce qui nous rassemble et ce qui nous divise. Deux paradoxes inversés se font face : malgré les malentendus et le retour en force des égoïsmes nationaux, le sentiment d’avoir quelque chose en commun demeure bien réel ; inversement, le national fête depuis quelques temps déjà son grand retour, a...

Thomas Serrier et Valérie Rosoux

Professeurs et chercheurs, Historien et politiste