A Analyse

Libertés publiques

À qui faut-il interdire de voir au cinéma l’aventure sulfureuse d’une miche et d’une saucisse ?

Sociologue

Il y a quelques semaines le Conseil d’État a tranché la question de savoir à partir de quel âge il était possible de voir, sur un écran de cinéma, une saucisse et une miche de pain, représentés « de manière anthropomorphique », se livrer à « des pratiques sexuelles ». Mais pourquoi la plus haute des juridictions de l’ordre administratif a-t-elle eu à se pencher sur les aventures d’une saucisse, d’une miche de pain, d’un tacos, d’un bagel et d’un pain lavash ?

Le 4 mars 2019, l’éminente institution du Conseil d’État s’est prononcée sur la question de savoir à partir de quel âge il était possible de voir, sur un écran de cinéma, une saucisse et une miche de pain, représentés « de manière anthropomorphique », se livrer à « des pratiques sexuelles ». Il s’agissait de l’ultime dénouement d’une affaire débutée trois ans plus tôt, lors de la sortie d’un film d’animation américain, intitulé Sausage Party, réalisé par Conrad Vernon et Greg Tiernan. Mais pourquoi la plus haute des juridictions de l’ordre administratif a-t-elle eu à se pencher sur les aventures d’une saucisse, d’une miche de pain, d’un tacos, d’un bagel et d’un pain lavash, entre autres aliments ?

publicité

Grand succès commercial États-Unis en 2016, Sausage Part...

Arnaud Esquerre

Sociologue, Chercheur