A Analyse

Société

N’enterrons pas trop vite le conservatisme catholique

Politiste

Samedi 6 juillet, le parti Les Républicain organisait une convention nationale chargée d’élaborer la nouvelle charte des valeurs du parti de droite. Les défaites successives de François Fillon et de François-Xavier Bellamy auraient pu signer celle des valeurs qu’ils incarnent. Ce serait sans compter sur la vitalité de ces catholiques conservateurs, un groupe de pression politique efficace depuis qu’ils ont conscience d’être devenus une minorité.

En 2012, la défaite de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle était attribuée aux mauvais conseils de Patrick Buisson ; en 2017 c’est cette fois la défaite de François Fillon que certains attribuent à l’influence idéologique de Sens Commun ; en 2019, ce sont bien sûr les mêmes – ou presque – qui attribuent la défaite aux propos de François-Xavier Bellamy sur l’affaire Lambert. Cette série permet-elle donc de conclure à la disparition de la droite catho ? Ou ne manifeste-t-elle pas plutôt l’ancrage durable d’un conservatisme porté par des catholiques dans l’horizon idéologique et stratégique des droites?

publicité

Le 29 mai, Laurent Joffrin se réjouit dans Libération de « la défaite de la pensée Finkielkraut » dont les 8,48% des voix obtenues par la liste LR aux européennes serait le signe. Les électeurs auraient-ils désavoués la stratégie conservatrice portée par François-Xavier Bellamy ? D’autant plus les électeurs catholiques pratiquants qui ont rallié LREM à 37% selon un sondage IPSOS/La Croix ? À Versaill...

Yann Raison du Cleuziou

Politiste, Maître de conférence en sciences politiques, UNiversité de Bordeaux, Centre Émile Durkheim (CNRS)