Société

La France périphérique un an après : un mythe aux pieds d’argile

Géographe, Doctorant en géographie à l'EHESS

En dix ans, le consultant en géographie Christophe Guilluy a acquis une forte notoriété et réussi à imposer des formules chocs dans le débat public, à l’instar de sa trop fameuse « France périphérique ». Si les critiques sérieux n’ont pas attendu si longtemps pour déconstruire et réfuter cette doxa médiatique, le mouvement des Gilets jaunes est venu lui porter le coup de grâce. Il serait temps d’en prendre acte.

Un an après l’explosion du mouvement des Gilets jaunes, qu’il aurait prophétisé, le géographe et essayiste Christophe Guilluy est considéré comme l’un des plus fins observateurs des recompositions sociales et territoriales à l’œuvre dans la France contemporaine. Théoricien, au début des années 2000, du concept de France périphérique, il se présente volontiers comme le porte-voix des territoires éloignés des métropoles, décrits comme étant relégués spatialement et socialement.

publicité

Mobilisées par des responsables politiques de toutes obédiences et largement relayées par les médias et les réseaux sociaux, ses idées se sont progressivement imposées dans le débat public, comme en témoigne l’usage désormais banalisé de la notion de France périphérique.

Ce succès politico-médiatique est d’autant plus remarquable que Guilluy s’estime ostracisé par les milieux académiques et « victime du politiquement correct ». Un avis que partage son confrère Laurent Chalard, qui lui a consacré un long article hagiographique en 2017 dans la revue Outre-Terre : « si vous souhaitez vous faire des amis au sein de la (petite) communauté des géographes français, il est vivement conseillé de ne pas aborder avec ses membres la question du plus célèbre de ses représentants vivants, Christophe Guilluy », ironise-t-il.

Coupable de ne « pas être issu du sérail » et d’avoir « volé la vedette aux mandarins d’une communauté réputée pour sa fermeture et son entre-soi », Christophe Guilluy ferait l’objet de critiques « irrationnelles » de la part des chercheurs[1].

Comment expliquer ce décalage inédit par son ampleur dans le champ des sciences sociales francophones ? Comment interpréter le succès des thèses de Guilluy malgré les controverses qu’elles ont suscitées ?

Afin d’apporter quelques éléments de réponse à ces questions, cet article entend s’éloigner des polémiques en reconstruisant de manière factuelle le parcours éditorial du géographe, puis en présentant de manière aussi « rationnelle » qu


[1] Laurent Chalard., 2017, « Guilluy en politique », Outre-Terre, n° 51, pp. 47-58.

[2] Romain Ducornet, 2016, Christophe Guilluy dans la presse : étude d’une controverse géographique, Mémoire de Master 2, Reims, Université de Reims Champagne-Ardenne.

[3] Entre guillemets dans le texte.

[4] Laurent Chalard, op. cit.

[5] Guilluy explique par exemple que « le changement de nature et d’origine de l’immigration a fait surgir une question à laquelle la France n’était pas préparée, celle de l’ethnicisation des territoires » (p. 65).

[6] Les travaux de Pierre Bourdieu, de Nicolas Renahy, d’Éric Maurin ou de François Héran, plusieurs fois cités dans Atlas des fractures françaises et dans Fractures françaises, disparaissent au profit d’écrits d’autres auteurs comme Michèle Tribalat ou Jean-Claude Michéa, des « figures qui ont pour point commun de ne pas faire consensus dans leurs disciplines » comme le remarque Romain Ducornet. En parallèle, les études d’organismes publics sont de moins en moins mobilisées au profit d’articles de presse issus de différents médias, notamment Le Figaro.

[7] Selon le titre d’un célèbre de Jean-Marc Offner sur les effets structurants du transport paru en 1993 dans L’espace géographique

[8] Ibid. : Le département des Yvelines offre une illustration frappante de cette situation. Le score d’Emmanuel Macron ne décroit pas avec la distance à Paris, mais il atteint des pics aux franges de l’aire urbaine, dans des communes favorisées comme Houdan (71 %), Rambouillet (73 %) ou Montfort-L’amaury (77 %).

[9] Voir par exemple : https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-a__Gilets_jaunes_a____hypoth__ses_sur_un_mouvement-9782348043703.html ; https://www.seuil.com/ouvrage/le-fond-de-l-air-est-jaune-collectif/9782021426205 ; https://www.pacte-grenoble.fr/programmes/grande-enquete-sur-le-mouvement-des-gilets-jaunes ; ainsi que toutes les enquêtes d’opinion des grands institut de sondage (un exemple parmi d’autres : https://www.institutmontaigne.org/blog/

Aurélien Delpirou

Géographe

Achille Warnant

Doctorant en géographie à l'EHESS

Mots-clés

Gilets jaunes

Notes

[1] Laurent Chalard., 2017, « Guilluy en politique », Outre-Terre, n° 51, pp. 47-58.

[2] Romain Ducornet, 2016, Christophe Guilluy dans la presse : étude d’une controverse géographique, Mémoire de Master 2, Reims, Université de Reims Champagne-Ardenne.

[3] Entre guillemets dans le texte.

[4] Laurent Chalard, op. cit.

[5] Guilluy explique par exemple que « le changement de nature et d’origine de l’immigration a fait surgir une question à laquelle la France n’était pas préparée, celle de l’ethnicisation des territoires » (p. 65).

[6] Les travaux de Pierre Bourdieu, de Nicolas Renahy, d’Éric Maurin ou de François Héran, plusieurs fois cités dans Atlas des fractures françaises et dans Fractures françaises, disparaissent au profit d’écrits d’autres auteurs comme Michèle Tribalat ou Jean-Claude Michéa, des « figures qui ont pour point commun de ne pas faire consensus dans leurs disciplines » comme le remarque Romain Ducornet. En parallèle, les études d’organismes publics sont de moins en moins mobilisées au profit d’articles de presse issus de différents médias, notamment Le Figaro.

[7] Selon le titre d’un célèbre de Jean-Marc Offner sur les effets structurants du transport paru en 1993 dans L’espace géographique

[8] Ibid. : Le département des Yvelines offre une illustration frappante de cette situation. Le score d’Emmanuel Macron ne décroit pas avec la distance à Paris, mais il atteint des pics aux franges de l’aire urbaine, dans des communes favorisées comme Houdan (71 %), Rambouillet (73 %) ou Montfort-L’amaury (77 %).

[9] Voir par exemple : https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-a__Gilets_jaunes_a____hypoth__ses_sur_un_mouvement-9782348043703.html ; https://www.seuil.com/ouvrage/le-fond-de-l-air-est-jaune-collectif/9782021426205 ; https://www.pacte-grenoble.fr/programmes/grande-enquete-sur-le-mouvement-des-gilets-jaunes ; ainsi que toutes les enquêtes d’opinion des grands institut de sondage (un exemple parmi d’autres : https://www.institutmontaigne.org/blog/