A Analyse

International

De l’indifférence à l’exécution des crimes de masse : l’ordinaire des génocidaires

Psychiatre et anthropologue

Alors que les génocides font encore aujourd’hui l’objet de nombreux travaux de recherche, un détour par l’échelle individuelle est nécessaire pour comprendre les mécanismes des crimes de masse. Loin d’être le fait des seuls endoctrinés, zélés, sadiques, les atrocités commises sont pour une écrasante majorité dues à l’indifférence des exécutants, dont la mort s’installe tant dans le quotidien qu’elle devient ordinaire.

Du djihadisme contemporain aux Einsatzgruppen nazis en passant par les génocidaires hutu, les bourreaux khmers rouges, ou encore les ultra nationalistes serbes…. on a trop longtemps cherché à expliquer le comportement des exécutants des exterminations de masse à partir des idéologies qui les habitaient. Mais tous ne furent pas des idéologues convaincus. Nombreux n’ont jamais lu la moindre ligne de propagande, bien trop fastidieuse à leur goût. La plupart ne percevaient que les rudiments de la rhétorique de la « beauté de la purification ».

Et pourtant, tous tuèrent, avec plus ou moins de passion, plus ou moins d’enthousiasme, parfois avec cynisme ou sadisme, mais rarement avec remords. Pour certains, il s’agissait d’appliquer les ordres à la lettre en se soumettant docilement. Pour...

Richard Rechtman

Psychiatre et anthropologue, Directeur d'études à l'EHESS