A Analyse

International

Le monde est en train de gagner – et de perdre – la course au vaccin

Historien

D’ici quelques semaines, nous devrions connaître les premiers résultats des essais cliniques de phase III des vaccins les plus prometteurs contre la Covid-19. À l’évidence, une inoculation efficace serait un motif de réjouissance, tout en faisant surgir un autre problème : la question de l’accès au vaccin – l’égoïsme des États-nations et des laboratoires pharmaceutiques risquant fort d’aggraver de profondes inégalités… Reste à mettre en œuvre un capitalisme collectif, capable de canaliser les intérêts particuliers au service du bien commun.

Face à une pandémie qui a paralysé le monde, un vaccin a toujours paru la solution évidente. Un défi naturel exige un remède scientifique. Contrairement à la distanciation physique et au confinement, un vaccin semble simple et consensuel. En avant toute les labos, à fond les bioréacteurs, lancez la distribution de milliards de doses ! Dans quelques semaines nous devrions connaître les premiers résultats des essais cliniques décisifs de phase III concernant les vaccins candidats les plus prometteurs contre la Covid-19. Notre espoir est que tout vaccin efficace s’apparente à une boîte noire : un dispositif opérationnel que personne n’a besoin de reconsidérer ou d’inspecter de près, du moment qu’il fonctionne.

Or il s’avère que la fabrication et la distribution du vaccin peuvent résoudre un ensemble de problèmes politiques et économiques tout en en engendrant d’autres. Alors que nous pensions qu’une inoculation efficace serait un motif de réjouissance, elle pourrait en fait devenir un symbole de l’injustice mondiale et un déclencheur de griefs partout dans le monde.

Les contours des controverses à venir sont déjà perceptibles. Les États-U...

Adam Tooze

Historien, Professeur d'Histoire et directeur de l'Institut européen de l'Université de Columbia à New York