A Analyse

International

Biélorussie, une résistance civile aux accents révolutionnaires

Politiste

Depuis plus de deux mois, le peuple biélorusse s’insurge contre le président Alexandre Loukachenko, réélu sur fond de fraudes inouïes. Face aux violences commises par les forces de l’ordre, les protestataires choisissent la voie de la résistance civile, comme l’attestent notamment les grandes manifestations mais aussi d’autres formes d’actions collectives aussi ingénieuses les unes que les autres. Bien que fondamentalement pacifique, ce mouvement peut-il aboutir à une situation révolutionnaire ?

Depuis plus deux mois, la société biélorusse se révolte contre le président Alexandre Loukachenko, qui, le 9 août dernier, briguait un sixième mandat. L’usage disproportionné et arbitraire de la violence par les forces de l’ordre pour disperser et dissuader les manifestants a choqué la société et provoqué une protestation massive. Celle-ci s’apparente à une résistance civile qui, malgré les obstacles, dispose d’une grande capacité d’adaptation et de création.

publicité

Les élections sont fréquemment contestées en Biélorussie. En 2020, l’usure du pouvoir de Loukachenko – qui vient de gérer, à la légère la pandémie de Covid-19 – se combine avec l’émergence de nouvelles personnalités politiques, dont la popularité, jugée menaçante, entraîne leur exil ou leur arrestation. Svetlana Tikhanovskaïa, femme d’un candidat emprisonné, voit sa candidature validée. Son objectif est, après sa victoire, d’organiser des ...

Alexandra Goujon

Politiste, Maître de conférence en science politique à l'université de Bourgogne