C Critique

Histoire

Comprendre ce que Lanzmann a réalisé avec Shoah

Historien

De la masse des entretiens qu’il a rassemblés pour Shoah, Claude Lanzmann a dégagé une ligne directrice, son récit propre, autonome, une narration inédite détachée des narrations précédentes, y compris historiennes, de l’évènement. C’est en cela qu’il ne s’agit pas exactement d’un film, d’un documentaire, mais bien plus d’une œuvre historienne. Hommage.

De Shoah on pourrait dire beaucoup, et beaucoup a été dit à la suite de la disparition de Claude Lanzmann. Réalisé pendant plus d’une décennie et monté à partir de 350 heures d’entretiens, ce monument de 9 heures et demie a été unanimement salué à sa sortie et demeure trente ans plus tard une référence intemporelle. Pourtant, il faut comprendre l’importance de Shoah et de ce que Lanzmann a réalisé. Lorsqu’il se lance dans ce projet qui semble pour beaucoup un pari insensé, l’histoire de ce qui est alors appelé l’Holocauste en France est loin d’être l’immense champ que l’on connait aujourd’hui. Les travaux sur le sujet sont rares, écrits par une poignée de pionniers dispersés à travers le monde, souvent en marge de l’académie, tels Léon Poliakov, auteur avec son Bréviaire de la haine de la première histoire générale de la « solution finale », ou Raul Hilberg, dont la Destruction des juifs d’Europe n’est alors disponible qu’en anglais.

Tal Bruttmann

Historien