E Entretien

Politique

François Sureau : « Il me semble que les éléments d’une crise assez grave se trouvent réunis »

Journaliste

Conseiller d’État puis avocat et écrivain, généralement classé à droite, François Sureau s’avère l’un des – trop rares – scrupuleux défenseurs de nos libertés publiques. En vrai libéral, au sens politique, il livre à AOC sa vision lucide du moment de grande confusion que traverse la France.

Publicité

Son bureau, situé près du métro Rue du Bac dans le 7e arrondissement de Paris, s’apparente davantage à la caverne d’Ali Baba qu’à un cabinet d’avocat. Tout en bois sombre et cuir, bibliothèques remplies de livres et d’objets d’art rapportés de voyages, les murs tapissés de tableaux, de photos, une maquette de bateau, une marionnette juchée sur une étagère… C’est un homme érudit, à l’élégance toute british, fervent catholique, fumeur de pipe et défenseur des demandeurs d’asile qui nous reçoit. Formé chez les jésuites puis à l’ENA, maître des requêtes au Conseil d’État, passé par la Légion étrangère où il a fini au grade de colonel, aujourd’hui écrivain et avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation, gardien des libertés publiques, François Sureau apparaît comme un homme singulier, volontiers inclassable. La binarité n’est pas son fort. On le dit volontiers de droite (son amitié avec François Fillon ou Jean d’Orm...

Caroline Broué

Journaliste, Productrice à France Culture et écrivaine