E Entretien

Politique culturelle

Sam Stourdzé : « Avant d’être des lieux, les institutions culturelles sont des esprits »

Journaliste

Ce lundi 29 juin devaient s’ouvrir à Arles les Rencontres Internationales de la photographie. Las, le coronavirus est passé par là, les expositions ont été annulées et cette 51e édition se résumera à la remise des prix lors de deux soirées exceptionnelles fin août. En attendant, et avant de prendre le chemin de Rome, Sam Stourdzé revient sur son expérience à la tête de ce festival unique en son genre et se projette dans la prochaine institution culturelle dont il s’apprête à prendre les commandes, la Villa Médicis.

La 51e édition des Rencontres d’Arles, qui devait commencer dans quelques jours, n’aura pas lieu. Dur coup pour le festival de photographie, devenu un rendez-vous majeur de l’été avec ses 1,4 millions de visiteurs en 2019. À sa tête depuis 2014, Sam Stourdzé, dont ce devait être la dernière édition puisqu’il vient d’être nommé à la tête de l’Académie de France à Rome, la prestigieuse Villa Médicis. Spécialiste de l’image, Sam Stourdzé a longtemps été commissaire d’exposition (« Charlie Chaplin » en 2005 au Jeu de Paume, « Fellini, la Grande Parade » à la Cinémathèque française, « Paparazzi » au Centre Pompidou Metz, c’était lui), avant de se voir confier en 2010 les rênes du Musée de l’Élysée, à Lausanne. Il s’apprête donc à changer de métier pour la quatrième fois, ce qui le réjouit. Il prendra son poste à Rome le 1er septembre.

Les Rencontres d’Arles aura...

Caroline Broué

Journaliste, Productrice à France Culture et écrivaine