F Fiction

Nouvelle

Clang clang ploc ploc

Écrivain, poète, performeur

Où est-on, qui va là et dans quelle faille temporelle ? Une sorte de jungle séculaire, des bruits, des odeurs, des couleurs, des ruines, des murs cyclopéens, un arbre géant de patates germées et fusionnées, quelques personnages échoués au milieu de l’absurde… Une nouvelle étonnamment graphique de Lucas Sibiril, jeune écrivain et artiste n’ayant encore jamais publié de livre – ce qui ne saurait tarder.

Un frottement nerveux. De l’acier cabossé, trous, rouille, des murs de tôle sombre, un univers de courbes, d’enflures métalliques. Une lumière vaguement rougeâtre dessine les contours d’une petite cuisine sale, espace saturé qu’une végétation malade colonise doucement. Les tables, les plans de travail sont couverts d’ustensiles de cuisine, d’épluchures qui moisissent, d’asticots qui pullulent sur de la chair verte. Un frottement nerveux et le bourdonnement des mouches. Les éviers débordent d’une eau brune et moussue, des gouttes chutent en rythme sur un sol crasseux. Ploc, ploc, ploc, un frottement nerveux, les mouches. Un type à genoux, une improbable brosse rafistolée en main, c’est Jacques et son vieux seau en fer blanc, son uniforme usé de militaire oublié, passé sur un long corps grêle. Ploc, ploc, ploc, un frottement nerveux, les mouches. Son visage tiré et buriné arbore sous un casque trop grand des cheveux et une barbe filasses, sales, grisonnants. Ses yeux sont exagérément ouverts, ses paupières semblent avoir disparu au fond de ses orbites et ses cils ont l’air de sortir directement de derrière ses yeux. Il fixe les vingt centimètres carrés qu’il astique comme s’ils contenaient le monde entier et qu’il en avait la charge. Ploc, ploc, ploc, un frottement nerveux, les mouches. L’humidité tropicale se mêle à sa transpiration abondante, son odeur d’être en mauvaise santé se confond avec celles de dizaines de matières, organiques ou non, qui pourrissent là depuis… ...

Lucas Sibiril

Écrivain, poète, performeur