O Opinion

Société

Je suis un mammifère omnivore

Philosophe

Enfermés dans une posture morale, les véganes se condamnent à l’impuissance politique. Pour répondre aux défis posés par l’urgence écologique et par l’insupportable souffrance animale, il doivent sortir de leur opposition frontale avec les carnivores et chercher des alliances du côté de ceux qui sont prêts à une consommation éthique. Proposition pour un post-véganisme.

Peut-on encore ne pas être végane ? La question est rarement posée aussi brutalement, mais tout ce qu’on entend sur le sujet conduit au même constat : il faut être végane aujourd’hui, car manger les animaux est une violence inacceptable à leur égard. Une telle injonction suppose que l’on n’a le choix qu’entre deux attitudes : être végane ou accepter la souffrance animale. Comme toute mise en demeure, celle-ci est non seulement simpliste mais de surcroît contre-productive.

Publicité

Être végane est peut-être l’obligation morale de l’époque, mais tous les véganes ne sont pas moralisateurs. Il existe des véganes esthétiques (être végane rend plus beau, par exemple en évitant de prendre du poids), des véganes hygiéniques (être végane permet d’être en meilleure santé), des véganes éc...

Dominique Lestel

Philosophe, Maître de conférences à l'École Normale Supérieure