O Opinion

Football

Le football capturé par l’image – pour en finir avec la VAR

Chercheur en sciences de l'information et de la communication

La VAR (assistance vidéo à l’arbitrage) est expérimentée cette année pour surveiller les matchs de la Coupe du monde. Si elle apparaît comme une technologie de pointe pour capturer les moindres mouvements des joueurs, est-elle vraiment à même de rendre l’arbitrage plus juste ?

Publicité

Comme toute grande nation, la Russie peut se penser éternelle. Elle peut aussi avoir à affronter des ironies que des retours sur l’histoire lui tendent parfois. Tels les reflets équivoques d’un miroir pas tout à fait aussi clair et pénétrant que la politique de la glasnost souhaitée par Mikhaïl Gorbatchev en 1986. C’est précisément un paradoxe, pour un pays fondé sur la culture du laconisme, l’expertise en cryptologie et les secrets d’État, que de déchirer son rideau pour l’« amour du sport ». Après les dispendieux JO de Sotchi aux 37 milliards d’euros de budget en 2014, le voici donc qui s’expose au monopole de la visibilité planétaire en accueillant la coupe du monde de football qui a débuté le 14 juin et qui s’achèvera le 15 juillet 2018.

La VAR comme puissance visible

Au cours de cette 21ème édit...

Jean-François Diana

Chercheur en sciences de l'information et de la communication, Maître de conférence en sciences de l'information et de la communication  à l'Université de Lorraine