O Opinion

International

La guerre contre le terrorisme ou le nouvel ordre in-humanitaire

Docteure en droit et magistrate

On célèbrera le 10 décembre le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Mais à l’heure de la guerre contre le terrorisme, le droit international semble peu à peu changer de logique pour criminaliser l’espace civil, au détriment des victimes de ces conflits et des humanitaires leur venant en aide. Au risque de revenir sur la règle la plus ancienne du droit humanitaire : l’obligation de soigner l’ennemi blessé et hors de combat.

La guerre contre le terrorisme s’est imposée dans l’imaginaire et le réel collectif de façon tragique et spectaculaire le 11 septembre 2001. L’attaque des tours jumelles du World Trade Center diffusée en mondiovision en l’an 1 du vingt et unième siècle est devenue le symbole des nouvelles menaces globales portées par des groupes armés non étatiques qui peuvent frapper les civils que nous sommes, sans souci des frontières au cœur de nos sociétés.

Publicité

Cet évènement tragique a déclenché aux États Unis une remise en cause des règles fondamentales des droits humains mais aussi du droit de la guerre et permis de développer de nouvelles doctrines sécuritaires et militaires transnationales légitimant la torture, les assassinats ciblés et la détention arbitraire perpétuelle. Ces efforts pour légitimer des pratiques de « guerre sale » jusque-là interdites, ont permis l’émergence d’un consensus contre-terroriste international, factice et mortifère, soutenu par de très nombreux États qui en tirent le « droit » et la capac...

Francoise Bouchet-Saulnier

Docteure en droit et magistrate, Directrice juridique de Médecins sans Frontières