O Opinion

Société

« Restaurer l’ordre naturel » : menace d’un retour au passé pour les droits civils en Europe ?

Avocate

Depuis des années, de nombreuses organisations réunies au sein du Congrès mondial des familles s’efforcent de remettre progressivement en question des droits fondamentaux (avortement, divorce, mariage entre personnes même sexe…). Très présent dans certains pays de l’Est et du Sud de l’Europe, ce mouvement gagne du terrain sur l’ensemble du continent, avec le concours de la Russie.

Ces dernières semaines dans le débat public français il a été question de la menace d’une grève des avortements, brandie par le syndicat des gynécologues obstétriciens de France. L’objectif de cette provocation sans précédent, qui a immédiatement soulevé de fortes réactions, était de pousser le gouvernement à régler le cas de quelques médecins condamnés à de lourds dommages et intérêts pour erreur médicale. Bien qu’il reste difficile d’accepter que le corps des femmes soit réduit à un enjeu de négociations syndicales, le débat suscité par cette affaire nous dit peut-être quelque-chose de l’air du temps et révèle comment le thème de l’avortement, et plus généralement celui des droits des femmes, restent aujourd’hui encore des sujets de débat et potentiellement de tensions.

publicité

À Vérone, en Italie, s’est tenu du 29 au 31 mars 2019, le 13e Congrès mondial des familles (World Congress of Families, WCF) qui a rassemblé le « mouvement mondial » anti-avortement, anti-féministe et anti-LGBTQI. Plusieurs personnalités is...