O Opinion

Environnement

Climat : l’Académie des Sciences sonne l’alarme

physicien

Comment peut-on désormais, face au changement climatique, mettre en œuvre des solutions rationnelles et efficaces dans un esprit solidaire au niveau individuel comme au niveau international ? Pour tenter de multiplier les réponses à cette question difficile et urgente, l’Académie des Sciences organise fin janvier un colloque. Le physicien Sébastien Balibar esquisse ici la sienne.

Notre planète se réchauffe, l’acidité des océans augmente, la sècheresse sévit par-ci et les pluies torrentielles par-là, les forêts prennent feu, les glaciers disparaissent, la mer monte, la biodiversité recule… La Terre que nous connaissions bascule brusquement vers un état qu’elle n’a jamais connu depuis un million d’années, longtemps avant l’apparition de l’homme moderne (il y a 200 000 ans) et celle de l’écriture (environ 5500 ans).

publicité

Exagérément alarmiste, tout cela ? Malheureusement non. Dans leur dernier rapport, les climatologues ont démontré que si l’on ne change pas immédiatement nos modes de production et de consommation d’énergie, le réchauffement climatique risque d’atteindre 5 à 7 °C de plus en 2100 qu’à l’époque préindustrielle. Et même en prenant dès maintenant des mesures radicales, la pollution est déjà telle dans l’atmosphère qu’il sera pratiquement impossible de limiter le réchauffement à moins de 3°C.

Or quelques d...

Sébastien Balibar

physicien, directeur de recherches CNRS à l'Ecole Normale Supérieure et membre de l'Académie des sciences