O Opinion

Société

0-, 1- complotisme : mise en scène et montage de la peur

Philosophe, écrivain

La lutte contre le Covid-19, tout comme celle contre le terrorisme, ont été présentées, au plus haut sommet de l’ État, comme une guerre contre un « ennemi invisible ». Réassigner l’angoisse de ce qui échappe à notre contrôle à une existence malveillante, que l’on peut pointer mais que l’on ne peut jamais saisir, cela s’apparente à du 0-complotisme : un complotisme dont l’objet est vide. À cela répond un complotisme au sens propre, le 1- complotisme, qui identifie l’ennemi, lequel ne peut être qu’un leurre. Le 0- et le 1-complotisme se répondent alors indéfiniment, sans jamais sortir de la peur.

Je veux retrouver la phrase exacte. Je me souviens que Jean Castex, dans son intervention au journal télévisé, parlait d’ennemi invisible à propos du terrorisme. L’expression m’a frappé, parce que le président Macron l’employait aussi au printemps dernier pour qualifier le coronavirus qui nous frappe: « Nous sommes en guerre – disait-il – contre un ennemi invisible … ce virus ». Il marquait un temps d’arrêt, hésitant sur la nature de l’ennemi invisible, comme si celle-ci restait toujours à spécifier et n’importait pas beaucoup.

publicité

Six mo...

Pierre Cassou-Noguès

Philosophe, écrivain , Professeur à l'Université Paris-8