Jean-Michel Frodon :
Festival de Cannes, au milieu du cinéma
Cannes Film Festival, in the Midst of Cinema

« Un biotope n’a rien de sympa, n’a rien de cool. On dévore et on y est dévoré, on y meurt pour que d’autres vivent, la justice ou l’équité sont loin d’y avoir toujours leur place. Cannes est un univers ultra-hiérarchisé, une forme extrême de la société de cour chère à Norbert Elias, qu’il s’agisse des festivaliers, dans et hors du Palais, ou des films. Mais ce système permet que perdure une multiplicité d’êtres qui ne s’aiment pas forcément, qui appartiennent à des espèces différentes, et qui ont besoin les uns des autres de manière plus ou moins amicale. L’essentiel est que l’équilibre général et ses effets sur les « individus », c’est à dire sur les films, sur ceux qui les font, ceux qui les montrent, ceux qui en parlent, ceux qui iront les voir, continuent de bénéficier globalement de tout ce circuit, ou même, comme on dit parfois, de tout ce cirque. Et c’est effectivement le cas, jusqu’à aujourd’hui et il faut le souhaiter pour longtemps encore, du Festival de Cannes.» – Jean-Michel Frodon

Jean-Michel Frodon a travaillé comme critique de cinéma, notamment pour Le Monde de 1990 à 2003 et a été directeur de rédaction des Cahiers du cinéma de 2003 à 2009. Il écrit désormais principalement pour Slate.fr et anime le blog Projection publique. Il collabore régulièrement à de nombreuses publications aux États-Unis, en Espagne, en Corée, dans les Balkans. Il est l’auteur ou le directeur d’une trentaine d’ouvrages sur le cinéma, dont Le Cinéma français de la Nouvelle Vague à nos jours, La Projection nationale, Le Cinéma et la Shoah, La Critique de cinéma, Abbas Kiarostami l’œuvre ouverte (avec A. Devictor), Le Cinéma à l’épreuve du divers, ou quatre titres concernant le cinéma chinois. Il est également enseignant à l’École des Arts politiques de Sciences Po (SPEAP) et professeur honoraire de l’université de St. Andrews (Écosse). Il a aussi été le directeur artistique du film collectif Les Ponts de Sarajevo, commissaire d’expositions consacrées à Chris Marker et à Jafar Panahi, auteur d’installations vidéo présentées dans plusieurs musées.

Sally Shafto est enseignante, chercheuse et traductrice en histoire du cinéma. Pour les revues cinématographiques en ligne Senses of Cinema et Framework, elle a rédigé de nombreux comptes-rendus de festivals de films.

8,00

En stock

8€ TTC
ISBN 978-2492542-10-7
Collection « Imprimés d’AOC » – n° 17
72 pages agrafé
Mai 2022 – Traduction de Sally Shaffo.