A Analyse

Social

La bataille du rail passera-t-elle par les urnes ?

Sociologue

Les employés de la SNCF ont jusqu’à mardi pour répondre à la question « Êtes-vous pour ou contre le pacte ferroviaire porté par le gouvernement ? ». En choisissant de recourir au référendum, les syndicats renouvellent le répertoire de l’action syndicale mais politisent les enjeux et prennent le parti de mettre les organisations en retrait.

La consultation organisée par la direction d’Air France en avril dernier, qui cherchait à faire désavouer le mouvement de grève pour les salaires par une présumée « majorité silencieuse », s’est retournée contre elle, conduisant son PDG Jean-Marc Janaillac à la démission. Peu après, l’intersyndicale de la SNCF annonçait le lancement d’une « vot’action » : plus de 500 bureaux de vote ouverts par les syndicats pour permettre aux cheminots de se prononcer sur le « pacte ferroviaire » du gouvernement. Le recours au vote serait-il devenu l’arme des grévistes ?

Publicité

Dans une circulaire destinée à ses militants, la fédération CGT présente la consultation comme un moyen de « faire vivre la démocratie sociale au sein de la SNCF » [1]. Alors que, dans la période récente, la CFDT s’est plutôt tournée vers l’organisation de sondages par questionnaires ciblés auprès des salariés, c’est surtout la CGT qui a inves...

Karel Yon

Sociologue, Chargé de recherches au CERAPS, Université de Lille, CNRS