Santé

Macron entend révolutionner le système de santé… à moyens constants !

Sociologue

Avec le plan Ma Santé 2022, le président de la République et sa ministre Agnès Buzyn dessinent un tableau en apparence limpide, où chacun.e est à sa place, travaille en harmonie avec les autres et sans plus aucun problème de financement. Une impression faite d’enchantement et d’évidence qui s’érode dès que l’on y regarde de plus près et qui oblige à interroger la beauté du « décloisonnement » et de la révolution à moyens constants.

Avec « Ma Santé 2022 »le gouvernement entend proposer un Plan digne des ordonnances et du décret de 1958 qui ont structuré le système de santé jusqu’à aujourd’hui en instituant les Centres Hospitalo-Universitaires (CHU). « Digne de 1958 » mais aussi « à l’inverse de 1958 » puisque l’enjeu principal est de défaire l’hôpital de son rôle de pivot dans le parcours des patient.e.s. Renforcer la prévention, désengorger les urgences, en finir avec la logique de rentabilité à l’hôpital, fluidifier le parcours des patient.e.s, garantir la pertinence et la qualité des soins et les conditions de travail des soignant.e.s, assurer l’accès à des soins innovants, tels sont les objectifs de ce Plan érigeant le « décloisonnement » en maître mot.

Publicité

Ces idées ne sont pas nouvelles, elles sont portées depuis longtemps par de nombreux.ses expert.e.s et ont été pour partie inscrites dans des lois de santé, notamment celle de 2016. La première précaution à prendre consiste ainsi à mettre à distance la rhétorique politique et la symbolique de la rupture pour saisir l’inscription de ce Plan dans une histoire plus longue que celle des seize mois de présidence Macron. La seconde précaution n’est pas la moins facile à prendre, il s’agit de se rendre en mesure de porter un regard critique et nuancé sur un Plan salué de toute part voire acclamé par une majeure partie des élites bureaucratiques, politiques, professionnelles et même universitaires, du monde de la santé. Car les éléments de langages qui fleurissent ont en effet de quoi annoncer un système de santé futur ragaillardi : prévention, coordination, décloisonnement, qualité, etc. L’enjeu dans cet article n’est pas d’évaluer le Plan santé mais bien plutôt de le décrypter, de mettre en lumière ce que la présentation qui en est faite tend à invisibiliser et de penser la logique politique et économique qu’il implique.

« Ma Santé 2022 » part du principe que la place prépondérante des maladies chroniques, le développement de la télém


Pierre-André Juven

Sociologue, Chargé de recherche au CNRS et membre du CERMES3

Rayonnages

Santé