A Analyse

International

La Tunisie, phare du Monde arabe

Journaliste

L’élection présidentielle tunisienne, remportée par le social-conservateur indépendant Kaïs Saïed, vient réaffirmer la position épicentrale du pays dans les bouleversements qui continuent de traverser le monde arabe, d’Egypte en Algérie ou d’Irak ou Liban… Alors que la situation marocaine n’est pas résolue et que le chaos s’empare du Nord-est syrien, la Tunisie parviendra-t-elle à poursuivre sa construction démocratique et à mettre en place les réformes politiques, économiques et sociétales tant attendues depuis 2011 ?

Le Printemps arabe est un frêle esquif qui continue de chercher sa voie à travers le brouillard du siècle. La Tunisie en est à la fois l’ancre, le phare, et le principal port d’attache. Dimanche dernier, il flottait comme un parfum de janvier 2011 sur l’avenue Bourguiba, au cœur de Tunis. À l’annonce de la victoire de Kaïs Saïed, plusieurs milliers de Tunisiens se sont rassemblés, fêtant cette victoire – nette, avec 72,71 % des suffrages et un taux de participation de 57,8 % – comme s’il s’agissait d’une nouvelle « révolution », le mot était lâché par plusieurs personnes présentes sur l’avenue.

publicité

D’où vient cet enthousiasme d’une partie des Tunisiens qui, en moins de trois mois, ont choisi pour successeur d’un président, mêlé de près ou de loin aux intrigues du pouvoir depuis cinq décennies, un juriste totalement inconnu à l’échelle internationale et sans organisation politique ? Sans doute du sentiment qu’ils ne se sont pas battus pour rien, que cette nouvelle élection libre a fait naître chez eux. Du senti...

Pierre Puchot

Journaliste, spécialiste du Moyen-Orient