A Analyse

Environnement

Inégalités économiques et changement climatique

Économiste

Lorsqu’on redistribue du pouvoir d’achat du haut vers le bas, on accroît mécaniquement les émissions de gaz à effet de serre, puisque les pauvres ont, en moyenne, une propension plus élevée à consommer des biens fortement émetteurs que les riches. Comment dès lors résoudre ce dilemme entre justice distributive et objectif climatique ?

En France, une vision assez répandue dans le grand public est que la mondialisation des économies a généré un creusement tous azimuts des inégalités. On assimile mondialisation et inégalités croissantes et, par réciprocité, démondialisation et réduction des inégalités. La mondialisation devient un bouc émissaire facile à incriminer. Cette représentation alimente la vague populiste.

Le seul problème est qu’elle ne concorde pas avec la réalité. La mondialisation a provoqué un double mouvement sur les inégalités dans le monde. Depuis un demi-siècle, elle a drastiquement réduit les écarts entre niveaux de vie des pays en y réduisant la pauvreté quand elle creusait des inégalités à l’intérieur de la plupart des pays.

Pierre-Noël Giraud est l’un des premiers économistes à avoir analysé ce double phénomène dans son Inégalité du monde paru en 1996. Il y distingue une première phase historique dans laquelle les inégalités de niveau de vie se sont dramatiquement accrues entre pays occidentaux et Japon d’un côté, et le reste du monde « en développement » de l’autre. Ces tendances s’inversent ...

Christian de Perthuis

Économiste, Professeur d’économie à l’université Paris-Dauphine