Société

Le Monde du virus – retour sur l’épreuve du confinement

Géographe

Le confinement a, par définition, bouleversé notre rapport à la spatialité. Mais l’espace est ce qui fonde notre rapport à l’altérité, surtout en milieu urbain, où la coprésence « indifférente » est la norme. Dans un contexte où chacun s’est vu conférer la responsabilité de « rester chez lui », et bientôt peut-être d’accepter le tracking de ses mouvements, il faut réfléchir à l’après, et aux transformations que cela implique dans notre conception de la cité.

publicité

À mesure que l’épidémie s’installe, le temps du confinement s’est étiré, à la fois émollient et angoissant. Nous y avons été reclus chez nous, contraints d’endurer une étrange inaction forcée. Bien sûr, les réseaux dits sociaux donnent la possibilité de maintenir les contacts et même parfois de faire preuve d’un altruisme qui ne se manifestait pas toujours aussi clairement, « avant ».

Mais, les jours (longs) passant, on réalise que cette sociabilité numérique n’est jamais loin de la parodie, en tout cas qu’elle est défective, que quelque chose d’essentiel lui manque – nous manque : ce que Goffman nommait « les relations en public »[1], les rencontres de face à face directes entre humains inconnus, en coprésence concrète avec des êtres de chair et sang, que l’on croise et rencontre dans un environnement qui n’est pas celui du domicile.

Politique de l’entre-deux

Ce qui fait défaut, donc, c’est l’exposition à l’extérieur, à cet espace matériel du dehors, peuplé d’autres personnes, qui accueille nos actions et sans lequel nos vies s’étriquent. Le mérite de cette période inédite par son ampleur mondiale est de constituer un cas-limite rappelant à quel point l’espace soutient l’existence sociale de l’individu : il est l’arrangement de matières et d’idées par lequel les vies humaines sont possibles, une condition de l’existence. Non pas une condition a priori, abstraite, mais ce qui étaye et vectorise l’expérience humaine par excellence : la pratique spatiale de co-habitation concrète (ce que j’appelle la spatialité) avec d’autres individus – ainsi qu’avec des non-humains, des objets, des choses.

De ce fait même, l’être humain est aussi toujours-déjà en « devenir » spatial, car cette co-habitation est une activité incessante. L’individu est fait de spatialités qui trament son existence – comme d’ailleurs le signale l’étymologie, puisque ex-sistere signifie s’écarter d’un point fixe –, ce qui ne compte pas peu dans sa constitution en tant que sujet. Facile alors


[1] Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne. II. Les relations en public,  Paris, Editions de Minuit,  1973.

[2] Hannah Arendt « Fragment 1 », Qu’est-ce que la politique?, Paris, Seuil, 1995, p. 33.

[3] Hannah Arendt, Journal de pensée (1950/1973), Paris Editions du Seuil, 2005, p. 170, souligné par l’auteur.

[4] Cf. Nicole Loraux, La cité divisée. De l’oubli dans la mémoire d’Athènes, Paris, Payot, 1997.

[5] Michel Foucault, « Surveiller et punir », in Œuvres, vol II, Bibliothèque la Pléiade, Paris, Gallimard, p.410.

[6] Gilles Deleuze, « Post-scriptum sur les sociétés de contrôle », in Pourparlers 1972 – 1990, Les éditions de Minuit, Paris, 1990)

[7] « L’hypothèse de l’habiter polytopique : pratiquer les lieux géographiques dans les sociétés à individus mobiles », revue en ligne EspacesTemps.net, 2006. https://www.espacestemps.net/articles/hypothese-habiter-polytopique/

Michel Lussault

Géographe, Professeur à l’Université de Lyon (École Normale Supérieure de Lyon) et directeur de l’École urbaine de Lyon

Rayonnages

Société

Mots-clés

Covid-19

Notes

[1] Erving Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne. II. Les relations en public,  Paris, Editions de Minuit,  1973.

[2] Hannah Arendt « Fragment 1 », Qu’est-ce que la politique?, Paris, Seuil, 1995, p. 33.

[3] Hannah Arendt, Journal de pensée (1950/1973), Paris Editions du Seuil, 2005, p. 170, souligné par l’auteur.

[4] Cf. Nicole Loraux, La cité divisée. De l’oubli dans la mémoire d’Athènes, Paris, Payot, 1997.

[5] Michel Foucault, « Surveiller et punir », in Œuvres, vol II, Bibliothèque la Pléiade, Paris, Gallimard, p.410.

[6] Gilles Deleuze, « Post-scriptum sur les sociétés de contrôle », in Pourparlers 1972 – 1990, Les éditions de Minuit, Paris, 1990)

[7] « L’hypothèse de l’habiter polytopique : pratiquer les lieux géographiques dans les sociétés à individus mobiles », revue en ligne EspacesTemps.net, 2006. https://www.espacestemps.net/articles/hypothese-habiter-polytopique/