Michel Lussault

Géographe, Professeur à l’Université de Lyon (École Normale Supérieure de Lyon) et directeur de l’École urbaine de Lyon

Michel Lussault est un géographe français. Il est professeur à l’Université de Lyon (École Normale Supérieure de Lyon) et directeur de l’École urbaine de Lyon.

Agrégé de géographie en 1983, il devient ensuite maître de conférences à l’université de Tours en 1992, puis professeur des universités en 1997 dans cette même université.

À partir de 2008, il enseigne à l’École normale supérieure de Lyon. Il a également été président de l’Agence de Mutualisation des Universités (AMUE) de 2005 à 2008. Il a coprésidé avec l’architecte Paul Chemetov le conseil scientifique de l’appel à projet international « Un pari pour le grand Paris » en 2008-2009. Il est depuis 2010 le président du conseil scientifique du Plan Urbanisme Construction Architecture (PUCA), un organisme de recherche incitative du Ministère de l’écologie, de l’environnement, du développement durable et de la mer.

Michel Lussault est spécialiste des questions d’urbanisation et de mondialisation. Il travaille sur les acteurs, les représentations, les discours et la production de l’espace urbain.

Il a coridigé avec Jacques Lévy le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (Belin, 2003). Il a aussi publié L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, (Le Seuil, 2007). De la lutte des classes à la lutte des places, (Grasset, 2009). L’avènement du Monde. Essai sur l’habitation humaine de la terre, (Le Seuil, 2013). Hyper-Lieux. Nouvelles géographies de la mondialisation, (Le Seuil, 2017).

 

Ses publications sur AOC

samedi 25.07.20

Entretien

Grégory Doucet : « L’écologie politique est la seule matrice intellectuelle qui aujourd’hui permet de penser l’inclusion »

par

Après avoir rassemblé au second tour l’ensemble des partis de gauche, Grégory Doucet, candidat des écologistes aux élections municipales, a été élu le 4 juillet maire de Lyon. AOC a proposé au géographe Michel Lussault, qui y dirige L’École urbaine, de rencontrer le nouvel édile. Non pas pour passer en revue son programme, mais pour une conversation à propos des idées qui lui paraissent décisives pour orienter son action. Témoignage particulier, celui d’un moment où un nouvel élu pose les premiers fondements intellectuels de sa mandature.

lundi 11.05.20

Analyse

Le Monde du virus – retour sur l’épreuve du confinement

par

Le confinement a, par définition, bouleversé notre rapport à la spatialité. Mais l’espace est ce qui fonde notre rapport à l’altérité, surtout en milieu urbain, où la coprésence « indifférente » est la norme. Dans un contexte où chacun s’est vu conférer la responsabilité de « rester chez lui », et bientôt peut-être d’accepter le tracking de ses mouvements, il faut réfléchir à l’après, et aux transformations que cela implique dans notre conception de la cité.

mardi 14.04.20

Analyse

Le Monde du virus – une performance géographique

par

Le coronavirus SARS-CoV-2 se révèle un opérateur géographique global qui agit sur le « Système-Monde ». Dès que quelque chose advient quelque part, cela déclenche des réactions partout, avec des effets parfois sans commune mesure avec l’impulsion initiale. Dès lors plus rien n’est insignifiant, le moindre fait recèle un potentiel imprévisible. L’actualité s’affole et le récit de la mondialisation s’en trouve perturbé.

mercredi 17.07.19

Critique

« Dessiner une terre inconnue », une géoesthétique de l’anthropocène

par

Cinq siècles après les voyageurs de la Renaissance partis cartographier les terra incognita du Nouveau Monde, Terra Forma propose de redécouvrir cette Terre que nous croyons si bien connaître. En nous incitant à « dessiner une terre inconnue », Alexandra Arènes, Axelle Grégoire et Frédérique Aït-Touati offrent l’aventure excitante de la constitution d’une nouvelle imagination créatrice de l’habitation, et nous rappellent au passage, la portée subversive de l’esthétique lorsque celle-ci est tendue vers une visée tout à la fois cognitive et politique.

jeudi 10.01.19

Analyse

Des ronds-points et de la condition périurbaine

par

Nous traversons, avec le mouvement des gilets jaunes, une phase aiguë de crise de visibilité et de légitimité des espaces et des sociétés du périurbain. Un tel événement ne peut étonner quiconque a étudié un tant soit peu la recomposition contemporaine de la géographie française, marquée par un mouvement de périurbanisation aussi généralisé que complexe.