Michel Lussault

Géographe, Professeur à l’Université de Lyon (École Normale Supérieure de Lyon) et directeur de l’École urbaine de Lyon

Michel Lussault est un géographe français. Il est professeur à l’Université de Lyon (École Normale Supérieure de Lyon) et directeur de l’École urbaine de Lyon.

Agrégé de géographie en 1983, il devient ensuite maître de conférences à l’université de Tours en 1992, puis professeur des universités en 1997 dans cette même université.

À partir de 2008, il enseigne à l’École normale supérieure de Lyon. Il a également été président de l’Agence de Mutualisation des Universités (AMUE) de 2005 à 2008. Il a coprésidé avec l’architecte Paul Chemetov le conseil scientifique de l’appel à projet international « Un pari pour le grand Paris » en 2008-2009. Il est depuis 2010 le président du conseil scientifique du Plan Urbanisme Construction Architecture (PUCA), un organisme de recherche incitative du Ministère de l’écologie, de l’environnement, du développement durable et de la mer.

Michel Lussault est spécialiste des questions d’urbanisation et de mondialisation. Il travaille sur les acteurs, les représentations, les discours et la production de l’espace urbain.

Il a coridigé avec Jacques Lévy le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (Belin, 2003). Il a aussi publié L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, (Le Seuil, 2007). De la lutte des classes à la lutte des places, (Grasset, 2009). L’avènement du Monde. Essai sur l’habitation humaine de la terre, (Le Seuil, 2013). Hyper-Lieux. Nouvelles géographies de la mondialisation, (Le Seuil, 2017).

 

Ses publications sur AOC

mardi 25 .09

Opinion

Implacables luttes pour les places

par Michel Lussault

Faut-il réinterpréter aujourd’hui la lutte des classes comme une lutte des places ? Il semble en effet que le néolibéralisme généralise un régime de concurrence qui impose à chacun d’être au meilleur endroit au meilleur moment – à la bonne place. Les conditions sociales des individus engagés dans la lutte des places déterminent la faculté de ces individus à circuler de bonnes places en bonnes places.

vendredi 24 .08

Critique

Philippe Vasset ou la littérature à la recherche de l’espace perdu

par Michel Lussault

Dans Une vie en l’air, Philippe Vasset relate son appropriation d’un espace exceptionnel : les ruines de l’aérotrain qui courent au nord d’Orléans. Peu à peu, comme l’auteur rend à ce lieu abandonné toute sa poésie, il se trouve hanté, envahi par le monorail futuriste qui lui inspire un texte puissant sur le thème de l’habitation du monde.

mercredi 25 .07

Opinion

Tous urbains !

par Michel Lussault

Après le lancement, en février, du mouvement des « Territoires en colère » qui entendait dénoncer l’abandon de la « France périphérique », c’est la Conférence nationale des territoires qui a été boycottée le 12 juillet dernier. Mais quelle est réellement la situation de l’espace français ? Pour mieux appréhender ces débats, il s’agit de comprendre que la géographie nationale n’a rien à voir ni avec l’image d’Épinal d’antan ni avec son avatar catastrophiste d’aujourd’hui. Rediffusion d’été.

mardi 17 .04

Opinion

Évacuation de la ZAD : le Roi est nu

par Michel Lussault

Loin d’être un fait mineur, l’évacuation de la « ZAD » de Notre-Dame-des-Landes apparaît comme un « fait social total ». En proposant un îlot territorial où d’autres types d’existences collectives se tentent et se vivent, l’expérience de ce lieu dérangeait l’appareil politique et bureaucratique centralisateur de l’État. Mais les démonstrations de force et les déclarations martiales des autorités masquent de moins en moins la faiblesse intrinsèque du modèle qu’elles sont censées protéger.

mercredi 07 .02

Opinion

Tous urbains !

par Michel Lussault

Réunis au Sénat, 80 élus de gauche viennent de lancer « Les territoires en colère », un mouvement qui entend dénoncer l’abandon de la « France périphérique », cette image d’Épinal qu’on peinerait à trouver dans les statistiques de l’INSEE tant la réalité géographique se situe très exactement aux antipodes.