A Analyse

International

La Chine de Xi Jinping : succès sanitaire et crispation idéologique

Historien

Début 2020, alors que la Chine sombrait dans une crise sanitaire et économique sans précédent suite à l’épidémie de coronavirus, certains commentateurs ont cru y voir un possible moment « Tchernobyl » pour le Parti communiste au pouvoir. C’est tout le contraire qui s’est passé : la Chine a relativement bien contenu l’épidémie – du moins par rapport à l’Europe et aux États-Unis –, tout en accroissant son pouvoir autoritaire par de strictes mesures de quarantaine et une forte surveillance technologique. Des décisions liberticides sous-tendues par une politique néosouverainiste.

Quand la Chine a été frappée par l’épidémie du nouveau coronavirus en janvier, certains commentateurs se sont empressés d’invoquer la possibilité d’un moment « Tchernobyl » pour le régime. En effet, les quelques semaines entre fin décembre et fin janvier, pendant lesquelles les autorités locales comme centrales ont activement filtré l’information et censuré les lanceurs d’alerte – notamment l’ophtalmologiste Li Wenliang et l’urgentiste Ai Fen –, ont provoqué un mécontentement palpable dans la population. Pour autant, la gestion calamiteuse de l’épidémie en Europe et aux États-Unis a, depuis ce moment, largement renversé la perspective.

publicité

Une enquête récente montre – malgré les réserves qu’on peut formuler sur les enquêtes conduites dans le co...

Sebastian Veg

Historien, Directeur d'études à l'EHESS