Gillian Weiss

Historienne, Professeure d’histoire à la Case Western Reserve University de Cleveland

Gillian Weiss habite Cleveland, où elle est professeure d’histoire à la Case Western Reserve University. Elle a obtenu sa thèse de doctorat à l’université Stanford en 2002. Elle travaille sur l’histoire de la Méditerranée moderne et notamment sur ses rives française, ainsi que sur les questions de la servitude sur les 2 rives.
Elle travaille sur l’histoire de la Méditerranée moderne et notamment sur ses rives françaises, ainsi que sur la question de l’esclavage.

Captifs et corsaires, publié en 2014 chez Anacharsis, relate l’histoire des affrontements entre la France et les Barbaresques durant trois siècles et celle de milliers d’esclaves français en Afrique du Nord. Elle démontre comment ces captifs, au statut incertain et toujours susceptibles de renier leur foi ou leur allégeance politique, contraignirent l’État à reconfigurer les caractères de l’identité française et à étendre son emprise sur ses régions périphériques. Une histoire de l’idéologie de l’émancipation par la conquête.

Ses publications sur AOC

lundi 05 .08

Opinion

Marseille, l’esclavage en Méditerranée et l’identité française

par Gillian Weiss

Ces dernières années en France, des responsables politiques de droite et des plumitifs ont essayé de mettre en équivalence « l’esclavage des Blancs » et « la traite des Noirs ». Ils font référence à la figure du corsaire barbaresque pour souligner la condition commune des victimes, et au passage ignorer l’héritage destructeur du colonialisme français en Afrique du Nord. À travers une analyse inédite de la figure du corsaire barbaresque et de l’esclavage en Méditerranée, l’historienne américaine Gillian Weiss montre l’importance de cet épisode dans la constitution de l’identité française. Rediffusion du 27 mai 2019.

lundi 27 .05

Opinion

Marseille, l’esclavage en Méditerranée et l’identité française

par Gillian Weiss

Ces dernières années en France, des responsables politiques de droite et des plumitifs ont essayé de mettre en équivalence « l’esclavage des Blancs » et « la traite des Noirs ». Ils font référence à la figure du corsaire barbaresque pour souligner la condition commune des victimes, et au passage ignorer l’héritage destructeur du colonialisme français en Afrique du Nord. À travers une analyse inédite de la figure du corsaire barbaresque et de l’esclavage en Méditerranée, l’historienne américaine Gillian Weiss montre l’importance de cet épisode dans la constitution de l’identité française.