C Critique

Série télé

La Casa de Papel : braquage et politique

Philosophe

La Casa de Papel est le succès surprise de Netflix. La série espagnole met en scène une bande de braqueurs qui décide d’occuper la Maison de la Monnaie à Madrid non pas pour voler, mais pour imprimer des milliards d’euros. Mais si tous les codes du genre du film de braquage sont respectés, elle dessine au cours des épisodes une utopie politique qui résonne avec les mouvements d’occupation des places. Un événement esthétique et politique à la fois.

Publicité

Pour celles et ceux qui voudraient consacrer leurs prochains weekends à du sérieux binge-watching, La Casa de Papel – série espagnole réalisée par Álex Pina diffusée originellement en 2017 sur la chaîne Antena 3 – est une excellente idée. D’autant que Netflix, qui en a assuré la mondialisation, l’a redécoupée en épisodes au format addictif standard, autour de 50 minutes. Telle la mythique série 24h Chrono en son temps, elle enchaîne sans rupture les épisodes, redémarrant au début de chaque épisode avec les dernières images du précédent.

La Casa de Papel n’est pas seulement un phénomène dû au buzz, c’est un événement esthétique et politique.

La Casa de Papel permet déjà de constater les transfor...

Sandra Laugier

Philosophe, Professeure à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directrice du Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne