Sandra Laugier

Philosophe, Professeure à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directrice du Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne

Sandra Laugier est une philosophe française née en 1961.  Elle travaille sur des questions de philosophie du langage, de philosophie des sciences, de philosophie morale, de philosophie politique et de genre. Elle a notamment introduit l’œuvre de Stanley Cavell en France ainsi que plusieurs programmes de recherche originaux en philosophie : l’éthique particulariste du care, la philosophie du langage ordinaire, la démocratie radicale et la désobéissance civile, la culture populaire et les séries télévisées, la question politique et anthropologique des formes de vie. Ella a publié de nombreux ouvrages sur Wittgenstein, Austin, Cavell et sur la pensée étasunienne.

Elle est professeure de philosophie du langage à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre de l’Institut universitaire de France et directrice-adjointe de l’UMR 8103 Institut des sciences juridique et philosophique. Elle a été professeure invitée dans de nombreuses universités à l’international, en Europe, aux Etats-Unis, en Chine et au Japon. Elle est membre du comité de rédaction des revues Archives de Philosophie, Multitudes, Revue de Métaphysique et de Morale, Espace Temps, Iride.

Avec le sociologue Albert Ogien, elle a notamment publié Le Principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique (La Découverte, 2014) et Antidémocratie (La Découverte, 2017).

Ses publications sur AOC

mercredi 21 .08

Critique

Retour sur Game of Thrones , une expérience personnelle augmentée

par Sandra Laugier

Pendant huit ans, à raison d’une saison par année et d’un épisode par semaine, la série Game of Thrones s’est déployée laissant s’affronter neuf familles nobles pour le trône de fer. Cette inscription dans le temps et la construction de personnages complexes ont profondément attaché les spectateurs à la série. En témoignent les nombreuses pétitions pour un changement scénaristique qui ont suivi le dernier épisode de la dernière saison. Preuve absolue de l’immense réussite de la série. Appréciation. Rediffusion du 10 juin 2019.

lundi 10 .06

Critique

Retour sur Game of Thrones , une expérience personnelle augmentée

par Sandra Laugier

Pendant huit ans, à raison d’une saison par année et d’un épisode par semaine, la série Game of Thrones s’est déployée laissant s’affronter neuf familles nobles pour le trône de fer. Cette inscription dans le temps et la construction de personnages complexes ont profondément attaché les spectateurs à la série. En témoignent les nombreuses pétitions pour un changement scénaristique qui ont suivi le dernier épisode de la dernière saison. Preuve absolue de l’immense réussite de la série. Appréciation.

mardi 07 .08

Critique

Stanley Cavell, une vie pour la démocratie

par Sandra Laugier

Réaliser la figure – apparemment impossible – d’un intellectuel américain, alliant l’inventivité conceptuelle à l’exigence démocratique de réalisation de soi et de fidélité à sa pensée : telle était l’ambition du grand philosophe Stanley Cavell, disparu le 19 juin à l’âge de 91 ans et auquel l’une de ses étudiantes, amie et traductrice rend ici hommage. Rediffusion d’été.

mercredi 04 .07

Critique

Stanley Cavell, une vie pour la démocratie

par Sandra Laugier

Réaliser la figure – apparemment impossible – d’un intellectuel américain, alliant l’inventivité conceptuelle à l’exigence démocratique de réalisation de soi et de fidélité à sa pensée : telle était l’ambition du grand philosophe Stanley Cavell, disparu le 19 juin à l’âge de 91 ans et auquel l’une de ses étudiantes, amie et traductrice rend ici hommage.

jeudi 03 .05

Critique

La Casa de Papel : braquage et politique

par Sandra Laugier

La Casa de Papel est le succès surprise de Netflix. La série espagnole met en scène une bande de braqueurs qui décide d’occuper la Maison de la Monnaie à Madrid non pas pour voler, mais pour imprimer des milliards d’euros. Mais si tous les codes du genre du film de braquage sont respectés, elle dessine au cours des épisodes une utopie politique qui résonne avec les mouvements d’occupation des places. Un événement esthétique et politique à la fois.