C Critique

Littérature

Syrie : les mots au-delà des ruines

Journaliste

La grande force de la littérature, c’est que ni la guerre, ni la violence, ni la répression ne parviennent à la museler. Ainsi la littérature syrienne, dont quelques fulgurances sont récemment parvenues en France. Mustafa Taj Aldeen Almosa et son recueil de nouvelles fantastiques, La Peur au milieu d’un vaste champ, et Mamdouh Azzam, avec un roman en milieu druze, L’Échelle de la mort, tous deux chez Actes Sud, nous donnent l’occasion de découvrir cette scène littéraire à l’effervescence nouvelle.

La littérature syrienne connaît une effervescence nouvelle alors que le pays est toujours en proie à une situation dramatique. En atteste la présence remarquée cet hiver d’écrivains syriens dans les programmes des éditeurs français dont, parmi les plus talentueux, Mustafa Taj Aldeen Almosa et son recueil de nouvelles fantastiques, La Peur au milieu d’un vaste champ, et Mamdouh Azzam, avec un roman en milieu druze, L’Échelle de la mort, tous deux dans la collection Sindbad chez Actes Sud.

publicité

« Un rat pâle avait pu se glisser là par le robinet. Fourbu, il venait d’essuyer une goutte d’eau tombée sur son museau, alors qu’il s’extirpait du robinet. Il contempla le lieu un instant mais il soupçonnait instinctivement l’ambiance de ce sous-sol et ne put en apprécier ni l’odeur ni le noir qui y régnaient. La pluie qui avait ruisselé abondamment dans les rues pendant la nuit l’avait empêché de po...

Christophe Kantcheff

Journaliste, Critique