Christophe Kantcheff

Journaliste, Critique

Rédacteur en chef adjoint de Politis, critique de cinéma et critique littéraire. Auteur de Guédiguian (Éditions de l’Atelier, 2018), de Être arabe, avec Farouk Mardam-Bey et Elias Sanbar (Actes Sud, 2005), et de la préface et de l’appareil critique de Impressions d’audience. Le procès Pétain, de Léon Werth (Viviane Hamy, 1995). Réalisateur d’un documentaire, Henri Alleg, l’homme de « La Question », en 2009. De 2005 à 2012, co-animateur, avec l’écrivain Bertrand Leclair, d’un séminaire sur la critique des œuvres dans les médias, à l’Institut français de presse (Paris).

Ses publications sur AOC

vendredi 17 .05

Critique

La littérature n’a pas de prix – à propos de Proust, prix Goncourt de Thierry Laget

par Christophe Kantcheff

Dans Proust, prix Goncourt, Thierry Laget raconte comment l’auteur d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs a obtenu cette consécration et la tempête qu’elle a engendrée. Car en 1919, Proust a gagné non contre un ogre littéraire, une pointure d’un plus grand calibre que lui, mais contre le favori « naturel » : Roland Dorgelès et ses Croix de bois.

mardi 05 .02

Critique

Jean-Luc Godard : un essai revisite la période mao

par Christophe Kantcheff

Dans un essai riche et précis, David Faroult saisit l’œuvre de Jean-Luc Godard dans son moment le plus politique. Chaque film de cette période est abordé et historicisé pour mieux en cerner les inventions et les intentions. Comment mettre le cinéma au service de la révolution ? Comment réaliser un cinéma ouvrier ? Autant de questions qui traversent le réalisateur et le livre mais toujours d’un point de vu cinématographique. Car il reste que Jean-Luc Godard, ne quittant jamais les rives du cinéma, appréhende les années 68 ni en activiste, ni en théoricien mais en artiste.

lundi 27 .08

Critique

TXT, retour d’une revue qui hait (toujours) la poésie

par Christophe Kantcheff

Revue d’avant-garde de la fin des années 1960 au début des années 1990, TXT renaît fidèle à elle-même, en lutte contre le kitsch du paysage littéraire, plaidant pour une poésie matérialiste, extravagante et subversive. La revoilà donc, avec une même énergie motrice qui ne peut laisser le lecteur passif : la haine de la poésie pour une expérimentation sans illusion lyrique.

mercredi 01 .08

Critique

Quand Nathalie Quintane vante l’«infaisable»

par Christophe Kantcheff

Dans Ultra-Proust (La Fabrique), Nathalie Quintane revisite Proust, Baudelaire et Nerval pour leur rendre toute leur charge subversive et appelle de ses vœux une littérature qui n’aurait pas abandonné sa visée révolutionnaire. Rediffusion d’été.

jeudi 26 .04

Critique

Quand Nathalie Quintane vante l’«infaisable»

par Christophe Kantcheff

Dans Ultra-Proust, Nathalie Quintane revisite Proust, Baudelaire et Nerval pour leur rendre toute leur charge subversive et appelle de ses vœux une littérature qui n’aurait pas abandonné sa visée révolutionnaire.