Art Contemporain

De la suspension de l’art – pour des états généraux de l’art

Curatrice, Curateur

Durant le confinement, l’art ne se montrait plus, comme s’il disparaissait, ou s’abolissait. Pourtant, cette suspension a aussi été un moment de bifurcation, de convergence de multiples récits sur les conditions matérielles des artistes, mais aussi plus largement, sur la nécessité de repenser les modalités d’exposition, de circulation et de collaboration. Ouvrant des pistes et des propositions qui rendent urgente la réunion en France d’états généraux de l’art.

Nous avons été confinés et le monde s’est arrêté. Une grande partie de la production, en tout cas, a été suspendue ou considérablement ralentie, accomplissant le sentiment d’une décroissance concertée – espoirs toujours retardés, toujours défaits. Des freins gigantesques ont été serrés sur la cadence effrénée de la production, du mouvement, de l’accélération. Profitant de cet arrêt, de nombreuses voix se sont élevées pour transformer cette suspension en un moment de bifurcation, de reconstruction d’une autre diplomatie avec le vivant, pour redonner priorité aux « communs », changer le travail, redéfinir la production nécessaire, non contingente, selon des critères sociaux, culturels, écologiques.

publicité

Beaucoup ont écrit sur ce temps arrêté comme un lieu de production d’une nouvelle subjectivité, qui redéfinirait nos priorités existentielles en ouvrant un espace-temps capable de commencer à défaire les identités auxquelles nous étions assignés. L’art, la lecture, la musique sont alors apparus comme ce qui pouvait ouvrir une brèche dans ce temps suspendu et en augmenter la profondeur, opérer comme un multiplicateur de l’intensité de nos vies, nos vies auxquelles était arraché ce qui en faisait auparavant le sel – le mouvement, la liberté, le plaisir de la sociabilité, le toucher, etc. – des pharmacons pour les cœurs et les esprits.

De 68, il a souvent été dit que l’arrêt du temps fut la condition de la production de quelque chose de nouveau, d’indéterminé, que l’événement de la rupture, de l’arrêt, de l’interruption du temps du Capital, affectait la subjectivité, comme ce fut encore le cas de « Nuit Debout » et de son calendrier suspendu, étendu, d’un mars perpétuel, ou de la dramaturgie hebdomadaire des « Actes des gilets jaunes », où sur les ronds-points, l’on ne voyait plus le monde de la même façon, l’on sentait et ressentait différemment.

Dans ces projections du futur que nous nous faisions dans le passé, la grève générale de la production revenait, tou


Kantuta Quirós

Curatrice, Théoricienne de l’art et cinéaste

Aliocha Imhoff

Curateur, Théoricien de l’art et cinéaste