C Critique

Littérature

« Écrire fonde un nouveau royaume… » – sur L’Homme aux trois lettres de Pascal Quignard

Critique littéraire

Onzième volume du « Dernier royaume », L’Homme aux trois lettres parle de littérature, épelle, décortique la notion, cherche d’où elle vient, de quoi elle se compose, où elle mène et entraîne. Non pas cette littérature enfermée dans les histoires et les généalogies, les écoles, les tendances et les genres, mais celle qui s’écrit à vif, sur le motif en quelque sorte, par fragments, essais et digressions. « La littérature, est-il affirmé, fonctionne par ricochet dans les âges. » Mais avant tout, selon Quignard, l’écrivain ne peut rester sourd aux autres voix. Une disponibilité sans limite, et même une « oisiveté étrange », sont requises.

Le lecteur de Pascal Quignard, et notamment de son vaste ensemble commencé en 2002, intitulé Dernier royaume, est soumis, invité à partager une étrange expérience. Et cela presque à chaque page, à chacun des courts chapitres thématiques qui compose les onze volumes (désormais) de cette fresque. Une désorientation, ou une initiation – les deux en réalité – mais toujours à frais nouveaux, hors de toute règle établie, selon une ligne qui se dessine à mesure.

publicité

Ici, le présent importe infiniment moins que les méandres et les strates du...

Patrick Kéchichian

Critique littéraire, Écrivain